25 entreprises dont SoftBank, IBM et Visa appellent à créer une structure de gouvernance numérique mondiale

Pour éviter une fragmentation des législations sur les nouvelles technologies, 25 entreprises dont IBM, Visa, SoftBank ou Toyota appellent à l’instauration d’une nouvelle structure au niveau du G7. Calqué sur le fonctionnement du Conseil de stabilité financière mis en place après la crise de 2008, ce “Forum sur les données et la technologie” aurai trois chantiers prioritaires : la cybersécurité, l’IA et les données.

Un groupe d’entreprises a appelé le G7 à création d’un nouvel organe dédié à la gestion des problématiques liées aux technologies, allant de l’intelligence artificielle à la cybersécurité, rapporte Le Financial Times.  Au total, 25 entreprises dont Mastercard, SoftBank, IBM, Visa, GlaxoSmithKline, Toyota, Mercedes… font parties de cette initiative.

Calqué sur le Conseil de stabilité financière
Ce “Forum sur les données et la technologie”, nom choisi par ce groupe, sera calqué sur le Conseil de stabilité financière (CSF) créé après la crise financière de 2008. Il regroupe 26 autorités financières nationales et plusieurs organisations internationales pour élaborer des normes dans le domaine de la stabilité financière.

Cette structure aura pour mission de fournir des recommandations plutôt que d’élaborer des réglementations fermes qui ne sont pas forcément adaptées à toutes les situations, expliquent les entreprises dans leur proposition.

Renforcer la coopération internationale
Nous pensons qu’un forum similaire au CSF est nécessaire de toute urgence pour éviter la fragmentation et renforcer la coopération internationale et le consensus sur les questions de gouvernance numérique”, a déclaré Michel Froman, vice-président et président de la croissance stratégique au sein de Mastercard.

Il a ajouté que cette entité était “essentielle” pour promouvoir la confiance dans les nouvelles technologies tout en évitant des normes contradictoires. Elle devra travailler en collaboration avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et des organismes professionnels de normalisation. 

Trois chantiers prioritaires
Les trois premiers domaines d’intervention du “Forum sur les données et la technologie” devront être la sécurité informatique, l’IA et l’interopérabilité mondiale des données, d’après la proposition qui cite l’invalidation du Privacy Shield comme l’un des enjeux majeurs de ces prochains mois.

Ce que craignent les entreprises c’est l’accumulation de législations disparates, parfois contradictoires. Par exemple, l’Union européenne, qui compte parmi ses adhérents des membres du G7, travaille actuellement sur une législation sur l’IA et sur les données non personnelles

Bien que l’idée soit intéressante, l’influence de cette structure pourrait être minime puisque les Etats resteront toujours souverains. Sur ce sujet, l’échec de la mise en place d’une taxe sur les services numériques au niveau de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) illustre bien la difficulté à créer un consensus à l’échelle internationale.

Usine digitale