29 septembre : Saint-Michel et la chasse sauvage d’Odin

Le culte de saint Michel remonte au Ve siècle en Occident. En Italie, le Monte Gargano est un site michaëlique reconnu dès la fin de l’Antiquité, avant que le culte de l’archange ne s’étende ensuite à tout l’Occident médiéval. Michel est le chef de la milice céleste. Dans la Bible, il joue un rôle majeur dans l’Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament. Ce texte relate le combat de Michel contre le démon, représenté sous la forme du dragon. Aidé de ses anges, Michel parvient à terrasser la bête, qu’il précipite dans l’abîme. L’archange symbolise ainsi la puissance des forces du bien contre le mal.

Saint Michel Archange est l’un des trois archanges reconnus par le christianisme, et pas seulement. Sa figure est en fait l’objet de culte et de vénération, même par d’autres professions de foi, comme le judaïsme et l’islam. En effet, on peut dire qu’il est reconnu par tous comme l’Archange par excellence, avant que ce terme ne soit utilisé pour Gabriel et Raphaël. Son nom signifie « Qui est comme Dieu ? », et ses symboles ont toujours été l’épée, ou la lance et l’armure. Michael est un guerrier céleste, ou plutôt, Le Guerrier, commandant des armées angéliques, celui qui a mené les armées du Paradis contre Lucifer et ses rebelles, les repoussant au-dessus des nuages et les faisant tomber en Enfer.

L’iconographie médiévale le représente couramment brandissant une épée ou une lance, le dragon vaincu à ses pieds. Michel est également psychostase et psychopompe, c’est-à-dire qui pèse les âmes lors du Jugement Dernier, qui les conduits au Paradis.  

Pour les musulmans, c’est l’ange qui, avec Gabriel, a instruit Mahomet au Coran ; un ange austère et ombragé qui ne riait jamais. Certaines traditions, surtout orientales, le représentent avec une balance à la main, avec l’intention de peser et de juger les âmes des défunts.

Saint Michel Archange est une figure emblématique qui parcourt l’histoire de l’Europe, et non seulement l’histoire religieuse. Il fait l’objet de vénération des Byzantins et des Lombards, qui le comparent au Dieu Odin, dont il a suivi les vertus et la dimension guerrières, tandis que d’autres le comparent à Hercule, Mithra ou Hermès. Son culte se répandit tant en Orient qu’en Occident, conduisant à la construction de lieux de culte placés le long d’une ligne droite, la Ligne Sainte, qui relie l’Irlande à Israël, en passant par l’Angleterre, la France, l’Italie et la Grèce.

Patron de nombreuses villes et pays, protecteur du peuple juif, gardien de l’Église catholique, protecteur des malades et des auxiliaires médicaux ; des forces armées, de la police aux marins, des parachutistes, des pompiers, des radiologistes, des épiciers et de tous ceux qui utilisent des balances, tels que les pharmaciens, les confiseurs, les merciers, les escrimeurs, les maîtres d’armes, les doreurs, les fabricants de coupes.

Histoire de saint Michel Archange

Saint Michel Archange est mentionné cinq fois dans la Bible, toujours en tant que chef suprême de l’armée céleste. Il fut un temps où lui et Lucifer menaient ensemble les milices divines, comme les plus brillants des anges, les plus forts, les plus courageux, les plus proches de Dieu.

Apocalypse 12.7-8: 7 Alors une guerre a éclaté dans le ciel : Michael et ses anges se battaient contre le dragon. Le dragon combattit avec ses anges, mais ne l’emporta pas et il n’y avait pas de place pour eux dans le ciel.

Après la trahison de Lucifer, après sa rébellion, la perfection représentée par ces deux anges a été brisée, et ils sont devenus des ennemis tenaces. Michel a fait de la guerre contre son vieux frère la raison de son existence même, le chassant du ciel, le poursuivant à travers les millénaires, défendant l’humanité de ses pièges et de ses tentations. Depuis lors, l’archange Michel est devenu le punisseur de tous ceux qui se révoltent contre Dieu et des orgueilleux, défenseur de la Foi, de la Vérité, de l’Église elle-même.

« Archange », qui dérive du grec, est un mot composé de àrchein, « commander » et ànghelos, « messager ». Par conséquent, les archanges, et Michel en particulier, sont ceux qui commandent les autres anges.

Souvent, le culte de saint Michel est entrelacé avec celui de la Vierge Marie. Les deux luttent contre le diable, les deux sont représentés comme ils l’écrasent sous leurs pieds, sous la forme d’un serpent ou d’un dragon. Tous deux, avant tout, sont les protecteurs de l’humanité contre ses adulations, les gardiens du troupeau de Dieu contre le Mal. Selon une ancienne tradition, c’est saint Michel Archange qui jouera de la trompette du Jugement annonçant la fin du monde.

Le culte de saint Michel Archange s’est développé d’Est en Ouest, et comment sa diffusion en Occident était due en grande partie aux Lombards, qui lui réservaient depuis le VIe siècle, à l’occasion de leur passage en Italie, une grande dévotion et ont érigé en son nom de nombreux édifices religieux, y compris le sanctuaire de saint Michel Archange sur le mont Gargano, dans les Pouilles. Là où se trouve aujourd’hui la commune de Monte Sant’Angelo, avec son splendide sanctuaire dédié à saint Michel, on dit que l’Archange est apparu au jeune archer Galgano, alors qu’il poursuivait un magnifique taureau blanc. Par l’intercession de l’Archange, les flèches lancées sur le taureau se sont retournées et ont frappé son chasseur, qui s’est converti au christianisme.

Mikael i Monte Gargano

C’est le pape Grégoire le Grand qui a amené les Lombards à la conversion, surtout grâce à la reine Théodelinde. Saint Michel a immédiatement plu à ces féroces guerriers du Nord, parce qu’il incarnait les qualités d’Odin, et ils l’ont choisi comme protecteur. Grâce aux Lombards, le culte de saint Michel s’est répandu dans tout le nord de l’Italie. Encore aujourd’hui, il existe des témoignages de cette diffusion à Pavie, ancienne capitale du royaume lombard, et dans le Val di Susa, dans le Piémont, où se trouve encore le Sacra di San Michele, un monastère perché sur le sommet du mont Pirchiriano, qui a été pendant des siècles une destination et un lieu de transit pour les pèlerins entre l’Italie et la France. Ce superbe complexe architectural a inspiré Umberto Eco pour son roman Le nom de la rose.

La ligne sacrée de saint Michel Archange

Nous avons également parlé de la ligne sacrée qui relie tous les lieux de culte les plus importants dédiés à saint Michel Archange, également connue sous le nom de la Ligne de Ley – Ligne Saint Michel :

  • Skellig Michael en Irlande
  • St Michael’s Mount dans les Cornouailles, en Angleterre
  • le Mont-Saint-Michel en Normandie, France
  • la Sacra di San Michele dans le Val di Susa,
  • San Michele, Monte Sant’Angelo, Pouilles
  • Monastère de Saint-Michel sur l’île de Simi, Grèce
  • Monastère du Mont Carmel en Israël.

En plus de se trouver le long de la même ligne droite imaginaire, trois de ces lieux importants se trouvent à une distance égale les uns des autres : le Mont-Saint-Michel en France, la Sacra di San Michele en Val di Susa et le sanctuaire du Monte Sant’Angelo du mont Gargano.

Les Lignes de Leys sont des lignes droites qui unissent des lieux sur Terre qui ont toujours été considérés comme particuliers, peut-être des nœuds énergétiques de la planète, dont la véritable signification est impossible à retracer. La Ligne Saint Michel, ou Ligne de Ley du Dragon, est, entre autres, parfaitement alignée avec le coucher du soleil le jour du solstice d’été. Il n’y a donc aucun mystère que, depuis l’antiquité, le culte de saint Michel Archange a été étudié de multiples points de vue, suivant des suggestions qui transcendaient souvent la religion et la valeur spirituelle des lieux de dévotion.”

Fête

Le 29 septembre se célèbre la fête de St-Michel. À l’origine ce saint chrétien était uniquement fêté les 15 mars et 8 mai. C’est au concile de Mainz en Allemagne en l’an 813 que fut rajoutée une troisième fête pour St-Michel: celle du 29 septembre, la St-Michel d’automne. Pourquoi ce rajout? La réponse est que depuis le début de la christianisation des peuples germaniques, St-Michel avec son aspect guerrier et meneur d’armées est venu remplacer le culte au dieu Wotan (Odin). De nombreux anciens lieux de culte à Wotan furent alors remplacés par le culte à l’archange St-Michel. Cette substitution de culte et cette identification claire et nette dans les fonctions divines fit que parmi le peuple se perpétua le culte au Dieu Wotan. Cette relative continuité de culte ne fut pas une initiative chrétienne. C’est parce que Wotan était tellement ancré dans le cœur et l’esprit des gens qui n’abandonnaient pas certains rites anciens, que l’église chrétienne trouva comme solution l’identification Wotan – St-Michel.

Le 29 septembre fut choisi comme date pour la St-Michel car c’est la période à laquelle les anciens Germains célébraient le début de la Chasse Sauvage de Wotan. Après avoir fêté et remercié les Dieux pour les bonnes récoltes, il était coutume de marquer l’entrée dans la période sombre de l’année solaire par des rites rappelant au souvenir de la Chasse Sauvage. Commence l’époque de la mort. Les jours déclinent, le soleil se fait de plus en plus rare. Les portes du monde des morts s’ouvrent… Défunts et vivants passent d’un monde à l’autre. L’automne est l’époque à laquelle on peut voir dans le ciel tourmenté la grande chevauchée de Wotan accompagné par les guerriers morts au combat.

Cette armée sauvage chevauche telle une ombre inquiétante à travers les cieux. Être témoin oculaire de l’armée sauvage n’était pas de bon présage. Plus d’un vivant fut enlevé par les défunts de la chasse sauvage et rejoignit ainsi le monde des morts avant l’heure. On retrouve ici le mythe du dieu Wotan dans son rôle de psychopompe, c’est-à-dire de celui qui accompagne les morts dans leur voyage vers les autres mondes de l’au-delà.

La tradition automnale de l’armée sauvage et de la grande chasse céleste est une tradition germanique qui a survécu dans de très nombreuses régions d’Europe. Presque toutes les régions européennes qui furent occupées à un moment ou un autre par les Germains, ont conservé dans leurs traditions le souvenir de la Chasse Sauvage de Wotan.

Les prières à saint Michel Archange

Nous avons déjà mentionné le fait que parfois, le culte de saint Michel Archange était associé à celui de la Vierge Marie. Tous deux sont les emblèmes de la lutte contre le mal, tous deux sont les gardiens et les protecteurs de l’humanité, tous deux combattent le Diable, l’écrasant sous leurs pieds, le repoussant en enfer. Les prières qui s’adressent à saint Michel Archange sont avant tout des demandes d’aide et de protection.

Le Prince de la Milice céleste est invoqué dans les épreuves quotidiennes, mais aussi en vue du Jugement Dernier. Il est invoqué comme guide, comme protecteur, comme bouclier contre le mal et comme support. Jamais dans les prières adressées à d’autres saints, il n’est devenu aussi clair que dans les invocations à saint Michel Archange qu’elles étaient de véritables armes de la foi, qui doivent être remises en question dans les batailles quotidiennes. Et comment pourrait-il en être autrement, compte tenu de l’iconographie qui caractérise ce bel et implacable Archange ? Depuis les origines de son culte, les invocations, la consécration et les couronnes angéliques ont été dédiées à saint Michel Archange.

Les présentations de saint Michel Archange dans l’art et l’imaginaire collectif

En général, les principales caractéristiques avec lesquelles saint Michel Archange est représenté sont l’armure, l’épée, ou la lance, l’attitude guerrière. Comme le culte de saint Michel Archange est né en Orient, ou en tout cas dans la sphère byzantine, cela signifie qu’il est très souvent représenté avec des vêtements élégants de dignitaires byzantins, comme vous pouvez le voir dans de nombreuses icônes de saint Michel Archange, mais aussi dans les œuvres de Simone Martini, par exemple. Dans ce contexte, le Saint est habituellement vêtu du palmis violet ou du lóros impérial ; il porte dans sa main le labaro, une bannière sur laquelle est écrit le trisághion, un ancien hymne qui se lit « Dieu Saint, fort Saint, Saint Immortel, aie pitié de nous ». Quant à la dévotion byzantine à saint Michel, il convient de rappeler que l’empereur Constantin Ier fit ériger en son nom à Constantinople, un grand sanctuaire, alors qu’en Occident, la première basilique dédiée au saint remonte probablement au Ve siècle.

Par rapport à l’iconographie byzantine, celle occidentale préfère présenter saint Michel dans l’Apocalypse, en tant que guerrier céleste, prince en armure qui avec ses ailes déployées guide les armées divines contre le Malin. L’Archange Michel est généralement représenté à pied, sous la forme d’un jeune homme sans barbe, hiératique, avec les ailes déployées, dans sa main une lance ou une épée, dans l’autre un globe surmonté d’une croix. Il porte une tunique fluide, parfois un manteau, toujours l’armure.

Par contre, nous devons à la tradition islamique le recours, dans certaines de ses représentations, à la balance avec laquelle l’Archange pèse les âmes, en vue du Jugement. C’est une tradition qui trouve son origine dans le paganisme, en particulier dans le mythe égyptien d’Osiris et dans la mythologie persane, mais qui a été reprise picturalement par de nombreux artistes. Elle s’est répandue principalement dans le cadre gothique et roman, tant en Orient qu’en Occident. En ce sens, saint Michel Archange apparaît comme le protecteur des morts, un psychopompe, ou plutôt leur guide, comme l’a fait Hermès ou Charon dans la tradition grecque, et un peseur d’âmes.

De plus, l’iconographie de saint Michel, telle qu’il apparaît dans les icônes, les peintures, les statues le représentant, doit beaucoup à celle des dieux et des héros des mythes païens, dans laquelle reviennent depuis la nuit des temps la figure du héros lumineux qui vainc le Mal, souvent représenté par un monstre. Pensons au dieu babylonien Marduk, Mithra, Hermès, tous unis par les caractéristiques de médiateurs entre les puissances célestes et l’homme, des porteurs de lumière et de salut, et d’autres qualités que nous trouvons aussi en saint Michel.

Sources:

“Oding-Wizzod, Gottesgesetz und Botschaft der Runen”, Gerhard Heß

Wilde Jagd

Medieval Period

Michel archange

Holy Art