44 milliards d’euros de ventes, 0 impôt sur les sociétés : Amazon roi de l’optimisation fiscale en Europe

Malgré une nouvelle année record, le géant américain a trouvé une astuce pour passer à travers les mailles du filet, grâce notamment à sa filiale luxembourgeoise.

Amazon a réalisé 44 milliards d’euros de ventes en 2020 en Europe. Un nouveau record. Et pourtant, comme le relaie le Guardian, la firme américaine n’a payé aucun impôt. Comment est-ce possible ? Tout simplement en s’appuyant sur sa filiale luxembourgeoise et en faisant apparaître une perte de 1,2 milliard d’euros sur ses comptes. Pire, grâce aux lois luxembourgeoises, elle s’est vue offrir 56 millions d’euros de crédits d’impôt qu’elle pourra utiliser en cas de futures profits et donc se soustraire à de nouveaux impôts.

Amazon peut aussi compter sur 2,7 milliards de pertes datant des années précédentes ce qui lui évitera de payer d’autres taxes. Une situation intolérable pour la députée travailliste anglaise interrogée par le Guardian, Margaret Hodge qui dénonce la “campagne d’évasion fiscale incessante d’Amazon”. “Les revenus d’Amazon sont montés en flèche pendant la pandémie alors que nos rues sont en en difficulté, mais la firme continue de transférer ses revenus vers de paradis fiscaux comme le Luxembourg pour éviter de payer sa juste part d’impôt”, fustige-t-elle, en ajoutant que les “géants de la technologie ne contribuent pas à l’équilibre du bien commun”. Elle a enfin tancé un “silence assourdissant” des autorités.

Amazon qui a rendu public son bilan comptable, est encore pointée du doigt sur ce point puisqu’il paraît bien court comparé à ce qui est demandé aux autres entreprises européennes. Surtout, le bilan d’Amazon dans chaque pays européen n’est pas clairement indiqué dessus. La firme américaine qui a révélé avoir une hausse spectaculaire de ses revenus au Royaume-Uni en 2020, n’a cependant pas détaillé combien elle payait d’impôts sur les sociétés. En 2019 par exemple, malgré plus de 14,5 milliards d’euros de revenus, elle n’avait payé que 337 millions d’euros d’impôts.

Du côté d’Amazon, on balaye toute polémique : “Amazon paie toutes les taxes requises dans tous les pays où nous exerçons nos activités. L’impôt des sociétés est fondé sur les bénéfices et non sur les revenus, et nos profits sont demeurés faibles en raison de nos investissements importants”, a justifié un porte-parole du groupe, ajoutant que 78 milliards d’euros avaient été investis en Europe depuis 2010 et qu’ils créaient de nouveaux emplois et généraient “d’importantes recettes fiscales et locales”.

Capital