Adieu Marie-Charlotte et Jean-Baptiste… quels sont les nouveaux prénoms chics ?

Temps de lecture : 2 minutes

Les prénoms composés, souvent associés aux familles bourgeoises, n’ont plus la cote. Les parents souhaitant donner une touche B.C.B.G. à leur progéniture privilégient un prénom unique, selon des codes précis. C’est ce que décryptent Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin dans l’édition 2021 de L’Officiel des prénoms.

Scruter le top des 50 prénoms les plus donnés en France en quête d’une consonance aristocratique, vous n’y songez pas ! Au siècle dernier, le comble du chic consistait à jeter son dévolu sur un prénom composé : Marie-Charlotte ou Jean-Baptiste suffisaient à évoquer d’emblée un milieu socio-économique particulier. Au point d’en devenir caricaturaux ? Depuis les années 1980, les prénoms composés se voient en effet délaissés : ils ne représentent plus que 4% des prénoms donnés chaque année, et ils prennent de nouvelles formes.

Selon Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin, auteures de L’Officiel des prénoms 2021, Rose et Anne sont fréquemment utilisés en complément pour les filles (Lily-Rose, Lou-Anne, ou encore Anna-Rose), tandis que Mohamed et Marie renouvellent les prénoms composés des garçons (Mohamed-Amine, Mohamed-Ali, Ange-Marie ou Antoine-Marie) aux côtés de Léo-Paul et Pierre-Louis. Mais elles avertissent également que l’esprit «chic» se montre peu enclin à tenter les nouveautés ou les prénoms inventés. Ce qui explique que, désormais, un prénom distingué n’est plus que rarement composé.

Rois et reines, ou prénoms médiévaux

«Non seulement le style chic n’est plus coincé, mais il est même devenu tendance», soulignent les auteures de L’Officiel des prénoms 2021, qui guident les parents dans leur choix. Ainsi, élire le prénom de son enfant parmi les livres d’histoire en général, et les généalogies royales en particulier, apporte de fait une touche distinguée. Pas question pour autant adopter les rugueux Ingeburge, Bertrade, Rozala, Berthe, Isabeau, Carloman, Raoul ou Robert.

Le bon goût orientera naturellement les parents vers des prénoms médiévaux aux sonorités plus contemporaines. Pour une fille : Alix, Blanche, Louise et Margot sont les plus populaires.

Les amateurs de rareté préfèreront Adélaïde, Aliénor, Amance, Bertille, Bettina, Brunhilde, Capucine, Colombe, Daphné, Eudoxie, Gersande, Hortense, Irénée (qui est un prénom mixte), Isaure, Mahaut, Maxine, Ombeline, Pénélope, Pia, Priscille, Quitterie, Sibylle, Victoire, Violaine ou encore Ysée.

Côté masculin, Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin recommandent notamment Adhémar, Albéric, Ambroise, Ancelin, Anselme, Baudoin, Cassien, Célestin, Cyriaque, Edgar, Éloi, Enguerrand, Eudes, Ferréol, Foulques, Gauvain, Hubert, Josselin, Lothaire, Mathurin, Mayeul, Rodrigue, Tancrède, Théobald, Tugdual, Ulric, ou même Vianney.

À moins de céder à l’appel des classiques Adrien, Arthur, Édouard et Louis, qui conservent toute leur superbe.

L’Officiel des prénoms 2021, Stéphanie Rapoport et Claire Tabarly-Perrin, Éditions First.

Le Figaro