Afrique du Sud : La compagnie aérienne Ryanair accusée de racisme pour avoir fait passer des tests de connaissances en afrikaans, « la langue des Blancs oppresseurs »

Les Sud-Africains ont condamné la compagnie aérienne irlandaise Ryanair pour leur avoir fait passer un test en langue afrikaans sur les vols britanniques, le qualifiant de discriminatoire. Les critiques du quiz de Ryanair soulignent que l’Afrique du Sud a 10 autres langues officielles, en dehors de l’afrikaans.

Le pays compte 11 langues officielles, et beaucoup disent ne pas comprendre l’afrikaans – une langue qui a été imposée pendant le règne de la minorité blanche. Le quiz contient des questions sur les connaissances générales sud-africaines. Ryanair a défendu le test, affirmant qu’il élimine ceux qui voyagent avec des passeports sud-africains frauduleux.

En raison de la forte prévalence de passeports sud-africains frauduleux, nous demandons aux passagers voyageant vers le Royaume-Uni de remplir un simple questionnaire délivré en afrikaans”, a-t-il déclaré dans un communiqué. “S’ils ne sont pas en mesure de remplir ce questionnaire, ils se verront refuser le voyage et bénéficieront d’un remboursement complet”, a poursuivi la compagnie aérienne.

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a mis en place une nouvelle politique pour les voyageurs sud-africains, qui comprend un test de connaissances administré en afrikaans. Ryanair affirme que cette mesure fait suite à un avertissement du gouvernement sud-africain concernant les passeports frauduleux, mais la nature des questions et le choix de la langue afrikaans ont suscité l’indignation.

Ryanair exige désormais que les passagers sud-africains passent un test en afrikaans sous peine de se voir refuser l’embarquement vers le Royaume-Uni et l’Irlande. Le test s’applique à tous les passagers qui se rendent au Royaume-Uni ou en Irlande avec un passeport sud-africain. Ces passagers sont soumis à un test écrit de 15 questions en afrikaans à l’aéroport et doivent le réussir ou se voir refuser l’embarquement.

Selon un recensement de 2011 , seuls 13 % environ des Sud-Africains parlent l’afrikaans comme première langue.

La BBC a demandé à Ryanair pourquoi elle exigeait que le test soit passé en afrikaans plutôt que dans toute autre langue sud-africaine, mais elle n’a pas répondu. Le test n’est pas exigé par les autorités frontalières britanniques.

Le quiz, qui, selon un rapport, est truffé de fautes de grammaire et d’orthographe, contient des questions telles que ‘quel est l’indicatif téléphonique international de l’Afrique du Sud’, ‘quelle est sa capitale’ et ‘qui est l’actuel président du pays’. Conrad Steenkamp, ​​le chef du Conseil de la langue afrikaans d’Afrique du Sud, l’a qualifié d ‘”absurde” et a déclaré qu’il avait entravé les tentatives d’améliorer l’image de la langue afrikaans.

“J’aurais échoué à ce test”

Analyse, par Nomsa Maseko, BBC News, Johannesburg

La majorité noire d’Afrique du Sud considère l’afrikaans comme une langue hostile de l’oppresseur – ou même une langue de racistes blancs – car elle leur a été imposée dans les écoles locales. Les Sud-Africains noirs se sont révoltés contre cela.

Le soulèvement de Soweto du 16 juin 1976 est l’une des nombreuses manifestations violentes au cours desquelles des milliers d’enfants noirs des écoles des townships sud-africains sont descendus dans la rue pour protester contre l’introduction de l’afrikaans comme langue d’enseignement.

La dernière fois que j’ai parlé ou écrit quoi que ce soit dans cette langue, c’était au lycée.

C’était une deuxième langue dans les anciennes écoles blanches et en tant qu’étudiants, nous devions obtenir de bonnes notes en afrikaans pour passer en classe supérieure.

À la suite de cela, j’ai juré de ne plus jamais parler l’afrikaans après avoir quitté le lycée et être allé à l’université. J’ai bloqué la langue de mon esprit. Alors ce questionnaire m’a rappelé des souvenirs de mes années d’école. J’aurais échoué à ce test et n’aurais obtenu que cinq bonnes questions.

Un porte-parole sud-africain des affaires étrangères n’a pas voulu s’impliquer dans la polémique.

“C’est une question d’affaires intérieures. De plus, cela a été fait par une compagnie aérienne privée et non par le gouvernement britannique. Nous croyons comprendre que cette compagnie aérienne a depuis mis fin à cette pratique”, déclare Clayson Monyela à la BBC.

Cependant, dans un e-mail à la BBC lundi matin, Ryanair n’a fait aucune mention de l’arrêt du test. Certains rapports indiquent que cela s’applique à tous les vols européens de Ryanair, d’autres disent qu’il s’applique uniquement à ceux sur les routes du Royaume-Uni et de l’Irlande.

Dans une déclaration au journal sud-africain Daily Maverick, les autorités frontalières irlandaises ont nié exiger de tels tests. L’Afrique du Sud compte 11 langues officielles : le zoulou, l’isixhosa, l’afrikaans, le sepedi, le setswana, l’anglais, le sesotho, le xitsonga, le siswati, le tshivenda et le ndebele.

De nombreux Sud-Africains noirs hésitent à utiliser l’afrikaans. L’université d’élite, Stellenbosch, a été critiquée en 2015 pour avoir utilisé l’afrikaans dans les cours, certains étudiants affirmant avoir eu des difficultés en classe à cause de cela. En 2021, l’université a annoncé son réengagement dans une politique linguistique multilingue, comprenant l’afrikaans, l’anglais et l’isiXhosa.

BBC