“Afro-pessimisme” : Pourquoi des afro-américains s’opposent au retour des bronzes au Bénin

Dans notre série de lettres de journalistes africains, l’écrivain nigérian Adaobi Tricia Nwaubani examine comment les descendants d’esclaves aux États-Unis sont entrés dans la lutte pour certains des objets les plus célèbres d’Afrique qui ont été volés pendant l’ère coloniale et se sont retrouvés principalement dans les musées occidentaux.

Un groupe d’Afro-Américains a intenté une action en justice pour empêcher le retour au Nigéria de certains bronzes du Bénin du Smithsonian Museum de Washington DC. Ils affirment que ces bronzes – pillés par les colons britanniques au XIXe siècle dans le royaume du Bénin, dans ce qui est aujourd’hui le Nigéria – font également partie du patrimoine des descendants d’esclaves en Amérique, et que leur restitution les priverait de la possibilité de découvrir leur culture et leur histoire.

“C’est un argument très intéressant”, déclare David Edebiri, 93 ans, après avoir ri pendant environ 15 secondes d’affilée. Il fait partie du cabinet de l’actuel Oba du Bénin, le roi ou chef traditionnel de l’État d’Edo, dans le sud du Nigéria.

“Mais les artefacts ne sont pas destinés au seul Oba. Ils sont pour tous les Béninois, qu’ils soient au Bénin ou dans la diaspora.”

La plupart des Nigérians avec lesquels j’ai discuté de ce procès américain ont éclaté de rire.

Mais Deadria Farmer-Paellmann, fondatrice et directrice exécutive du Restitution Study Group (RSG) qui en est à l’origine, est très sérieuse.

Citation.

Cette femme de 56 ans a fondé en 2000 le RSG, un institut à but non lucratif basé à New York, afin “d’examiner et de mettre en œuvre des approches innovantes pour soigner les blessures des personnes exploitées et opprimées”.

Selon Mme Farmer-Paellmann, environ 100 000 esclaves amenés aux États-Unis provenaient de ports autrefois contrôlés par des commerçants du royaume du Bénin, comme celui de Warri.

Elle cite les archives de la base de données sur le commerce transatlantique des esclaves hébergée par l’université Rice au Texas – et des tests récents ont montré que 23 % de son ADN est lié à ces personnes.

Selon elle, cela lui donne, ainsi qu’aux millions d’autres personnes ayant une ascendance similaire, le droit de revendiquer les bronzes.

Son argument repose sur les manilles, des bracelets en laiton introduits comme monnaie d’échange par les commerçants portugais qui, du XVIe au XIXe siècle, achetaient aux Africains divers produits agricoles et biens locaux, ainsi que des êtres humains.

Les milliers de sculptures connues sous le nom de bronzes du Bénin qui ont été pillées après la tristement célèbre attaque punitive du palais d’Oba Ovonramwen Nogbaisi en 1897 ont été réalisées avec une combinaison de métaux, tels que le laiton et le cuivre.

Une manille.

Environ 50 manilles étaient payés pour acheter un esclave – les bracelets étaient souvent fondus pour en faire des œuvres d’art.

Le royaume ne produisait pas assez de métal pour alimenter son industrie de la fonderie, et dépendait des importations – y compris le laiton de ces bracelets, qui était fondu pour créer des œuvres d’art.

“Cinquante manilles permettaient d’acheter une femme, 57 permettaient d’acheter un esclave masculin”, explique Mme Farmer-Paellmann.

“Ce que nous disons, c’est que les descendants des personnes échangées contre ces manilles ont le droit de voir les bronzes là où ils vivent”, ajoute-t-elle.

“Il n’y a aucune raison pour que nous soyons obligés de nous rendre au Nigeria pour les voir”, dit-elle, citant les avertissements aux voyageurs américains. “Je ne veux pas me faire kidnapper”.

“L’afro-pessimisme”

Les détracteurs de l’affaire, comme M. Edebiri, affirment que les manilles utilisées au Bénin ne provenaient pas toutes du commerce des esclaves.

Il a écrit un livre sur son arrière-arrière-grand-père Iyase Ohenmwen, qui était le premier ministre de l’Oba au début du 19e siècle, dans lequel il explique en détail comment il faisait le commerce de l’ivoire et des vêtements européens.

L'artiste nigérian Victor Ehikhamenor.

Victor Ehikhamenor, artiste nigérian de renom, estime que les bronzes devraient être rendus à l’endroit où ils ont été fabriqués.

“Il emmenait ces manilles à Igun-Eronmwon, un village du Bénin qui fabriquait tous ces artefacts. Ils les transformaient ensuite en bronzes et autres objets fantaisistes.”

Le célèbre artiste nigérian-américain Victor Ehikhamenor, qui est originaire de l’État d’Edo, affirme que si l’histoire est compliquée, une question est simple : “La terre exacte d’où ces objets ont été pris n’a pas bougé.”

Pour l’historienne de l’art nigériane Chika Okeke-Agulu, professeur à l’université de Princeton et militante à l’avant-garde de la campagne pour le retour des œuvres d’art pillées, les commentaires de Mme Farmer-Paellmann “ressemblent aux arguments avancés par les Blancs qui ne veulent pas rendre les objets d’art”.

“Le manque de sécurité me semble être une autre version de l’afro-pessimisme que l’on entend depuis longtemps”, dit-il, en évoquant les milliers d’Afro-Américains qui se rendent désormais chaque année dans le sud-ouest du Nigeria pour le célèbre festival yoruba Osun Osogbo.

L’agitation pour le retour des bronzes au Nigeria dure depuis les années 1930.

“Le fait qu’ils se trouvent au British Museum, qui est un dépositaire mondial du patrimoine, permet aux gens de les voir”, a affirmé l’an dernier Oliver Dowden, ancien ministre britannique de la culture.

Mais depuis lors, certaines institutions occidentales ont enfin commencé à les restituer.

La cérémonie du Smithsonian.

La cérémonie du Smithsonian est l’une des nombreuses cérémonies qui ont marqué cette année un changement radical dans les attitudes à l’égard du retour des trésors pillés.

Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée le 11 octobre, le Smithsonian Museum of African Art a transféré la propriété de 20 d’entre eux au Nigeria, tandis que neuf autres resteront prêtés au musée.

Vingt autres se trouvent au Musée d’histoire nationale du Smithsonian, et le processus qui pourrait conduire à leur transfert a commencé.

L’action en justice du groupe d’étude sur la restitution espère l’arrêter.

“Nous souffrons de la honte”

Mme Farmer-Paellmann se bat depuis longtemps pour que les descendants noirs d’esclaves aux États-Unis obtiennent justice et réparation.

Dans les années 1990, elle a commencé à rassembler des preuves pour montrer comment 17 entreprises avaient amassé des richesses grâce à l’esclavage, comme la compagnie d’assurance Lloyd’s of London.

La procédure judiciaire a finalement échoué dans les années 2000, le RSG n’ayant plus de financement.

Toutefois, à la suite des manifestations mondiales “Black Lives Matter” de 2020, la Lloyd’s of London a présenté ses excuses pour ses liens passés avec la traite des esclaves et s’est engagée à réaliser des investissements financiers pour promouvoir le bien-être des groupes noirs, asiatiques et des minorités ethniques.

Chaque fois que j’ai écrit sur l’héritage de l’esclavage en Afrique, j’ai reçu des centaines de messages d’Afro-Américains qui craignaient que mes articles n’affectent leur quête de réparations auprès des descendants blancs des propriétaires d’esclaves, qui pourraient utiliser les preuves flagrantes de l’implication des Africains dans le commerce transatlantique des esclaves comme une excuse pour se soustraire à la responsabilité des atrocités commises par leurs ancêtres.

J’ai donc été surpris qu’un groupe comme celui de Mme Farmer-Paellmann souligne ouvertement ce fait dans le cadre de son action en justice.

“Il y a beaucoup de honte”, admet-elle. “C’est presque comme un enfant qui dénonce sa mère pour maltraitance. C’est une chose difficile à faire.”

“Mais nous souffrons de la honte alors que les héritiers esclavagistes s’en vont avec les trésors”.

Elle appelle à un regard plus compréhensif : “C’est l’occasion pour le Nigéria de prendre position, l’un des plus grands endroits d’où proviennent les descendants de personnes réduites en esclavage – environ 3,6 millions d’entre nous – et de dire que la chose honorable à faire aujourd’hui est de partager ces bronzes”.

“Le Nigéria serait célébré pour avoir fait quelque chose comme ça.”

BBC