Akhenaton dévoile le racisme dont il a été victime avec Aïcha, son épouse noire, arabe et musulmane

Akhenaton a participé à l’émission La Face Katché pour Yahoo, diffusée ce lundi 24 janvier. Le rappeur marseillais a évoqué sa famille et le racisme auquel ils ont été confrontés. Il se souvient notamment d’une scène choquante, quand il était jeune marié.

Pionnier du rap en France, Akhenaton a contribué à façonner la première ère de ce mouvement musical dans l’hexagone. Non sans avoir été happé lui-même par ce qui était alors une sous-culture lorsqu’il habitait à New York. Leader du groupe IAM et toujours prolifique, plus de trente ans après ses débuts au micro, le Marseillais continue d’établir quelques constats sur notre société, à travers ses textes et lors de ses interviews.

Ce lundi 24 janvier, il a répondu aux questions de Manu Katché, dans l’émission qu’anime l’ancien juré de Nouvelle Star pour Yahoo. L’occasion notamment de revenir sur sa jeunesse, mais aussi son rôle de parent. Car le rappeur de 53 ans a trois enfants : Yanis, Inaya et Reyan. En outre, il est marié à Aïcha, et converti à l’islam depuis 1993.

“Ma femme est noire, arabe et musulmane. C’est une sorte de ‘All Stars Game'”, confie-t-il avec amusement. Mais derrière le rire, une triste réalité : celle du racisme. Lui assure ne pas en avoir fait l’amère expérience en tant que descendant d’Italiens. En revanche, il en subi les affres en raison de son appartenance à la communauté musulmane et à l’origine à la fois de son épouse et de ses enfants.

Akhenaton blessé par la racisme qui vise sa femme et ses enfants

Dans ma génération, on n’a pas subi le racisme que subissent les Noirs et les Arabes en France. Je ne peux pas m’estimer victime, car la discrimination, je l’ai plus vécue en épousant ma femme, en cherchant un appartement, en me convertissant à l’islam”, confirme ainsi celui qui se nomme Philippe Fragione à la ville.

“Les plus mauvaises expériences qu’ils ont eues, c’est ici”

Et de poursuivre sur une anecdote qui l’a profondément marqué et choqué : “Quand tu es jeune marié et que tu vas dans un appartement, et que la notice du propriétaire précise ‘Pas de chien, pas de noir, pas d’arabe’... C’est chaud. Et là, tu vois ta femme, tes enfants, et tu te dis : ‘Ce n’est pas possible, on en est encore là'”. Akhenaton assure par ailleurs que l’aîné de ses fils subirait des contrôles au faciès de la police régulièrement. “J’ai vu de la peine dans les yeux de mon fils”, avoue-t-il. Et de conclure, à propos de ces soucis qui frappent ses enfants, pourtant habitués à voyager et s’adapter à différents environnements : “Je suis triste pour mon pays mais les plus mauvaises expérience qu’ils ont eues, c’est ici”.