Alain de Peretti : « La dangerosité du halal pour la santé »

Temps de lecture : 3 minutes

Alain de Peretti, le président de l’association Vigilance Halal, mène actuellement plusieurs combats judiciaires pour faire entrave à ce qu’il nomme « l’halalisation de notre société ».

2019 a été une année intense sur tous les plans avec une quinzaine de conférences dans toute la France, pour toute sortes de mouvements et associations (rappelons que VH est apolitique, c’est à dire sans aucune autre attache politique que d’être au service du bien commun et de notre civilisation), une intensification de nos actions judiciaires (35 actions en cours) et des actions de lobbying auprès des parlementaires, au printemps avec un courrier les alertant sur l’absurdité d’une taxe sur le halal pour financer l’islam, et une action de masse auprès du président de l’assemblée nationale où nous avons incité nos adhérents (plus de 16.000) sympathisants et contacts en leur proposant d’écrire au président de l’assemblée nationale pour déterrer une proposition de loi de Nicolas Dupont-Aignan, déposée en avril 2019, demandant que le mode d’abattage soit indiqué sur la viande et tous les produits carnés dans les produits préparés.

Plus de 10.000 lettres ont d’ores et déjà été envoyées. Nous allons envoyer début Février une lettre à tous les députés pour les inciter à appuyer cette légitime demande d’étiquetage, en insistant sur la responsabilité sanitaire des législateurs, ignorée, malheureusement , dans les considérant du projet de loi. D’ailleurs, j’estime que les associations de protection animale en mettant le focus uniquement sur la souffrance animale dont les tenants de l’abattage rituel nient la réalité, et en refusant d’engager la réflexion sur l’aspect sanitaire et civilisationnel, ont contribué à retarder l’évolution du dossier.

Nous avons 2 dossiers où nous avons épuisé les recours nationaux et pour lesquels nous allons devant la CJUE (Cours de Justice de l’Union Européenne) : l’interdiction des abattoirs de l’Aïd el Kebir conformément à un arrêt de la CJUE de 2018 pour la Belgique, qui nous a été refusé par le Conseil d’État, et également une procédure de carence devant le refus persistant des autorités préfectorales de nous communiquer le registre des commandes permettant de contrôler la dérogation à l’étourdissement.

Et surtout, nous allons préparer une action devant la CJUE, avec le Dr Thillier, sur l’aspect sanitaire qui est un véritable scandale et où nous avons une masse de données objectives qui ne sont pas susceptibles d’interprétations oiseuses. Nous attendons également beaucoup de la mise en cause de la préfecture de Seine et Marne qui n’a pas respecté le jugement de la Cour d’Appel de Paris et de l’abattoir de Meaux, et déplorons la lenteur de la justice (9 mois à ce jour) .

Je tiens d’ailleurs à remercier nos généreux donateurs qui nous permettent de faire face à ces défis car rien ne serait possible sans des moyens financiers. Nous perfectionnons, parallèlement notre communication . Notre page Facebook va atteindre 1. 000 abonnés grâce à un travail méthodique. […]

Le halal bénéficie de la conjonction de l’affairisme mercantile, de l’obscurantisme et de la complicité de ce que de plus en plus de commentateurs patentés appellent les « islamo gauchistes  » ou « islamo-collabos ». Un récent livre de Davey et Lhomme, journalistes au Monde, sur la Seine Saint Denis, n’hésite pas à parler d’halalisation, et ce ne sont pas les seuls.

Enfin, concernant la population musulmane, les chiffres donnés sont particulièrement imprécis : officiellement 5 à 6 millions, mais Azouz Beghag, ancien secrétaire d’État de Nicolas Sarkhozy donnait le chiffre de 15 millions dans une interview récente. Donc près de 25 % de la population. Il est difficile à ce stade de parler de minorité, sachant de plus que cette minorité a de forts moyens d’intimidation… Nous sommes donc des lanceurs d’alerte dans un système dont la devise est « dormez braves gens, nous veillons »! On voit ce que ça donne en matière de terrorisme…

Par un jugement de la CJUE, le bio ne peut être halal! Je pense que vous confondez avec le Label Rouge, qui , par une manoeuvre honteuse des autorités de l’Etat, a supprimé la mention « poste d’étourdissement » dans le cahier des charges permettant ainsi l’abattage halal.

Certaines associations de défense animale, comme L214, refusent de voir le halal dans sa globalité, le restreignant à la seule souffrance animale, alors que c’est un problème global mais aussi, ils nous attaquent ou nous tiennent à distance du fait de notre « islamophobie » supposée. En polarisant le débat sur la souffrance, notion contestée par les tenants du halal (voir un redent arrêt du conseil d’État leur donnant raison) ils ont contribué à ralentir les nécessaires évolutions.

En ce qui concerne L214, ils ont une idéologie végane extrémiste, et j’ai dénoncé leur méthode qui consiste à filmer de abattages halal mais sans le spécifier pour faire avancer leur cause. de plus il semble qu’ils sont en train de tomber dans l’affairisme en recevant plus d’1 million d’euros d’une fondation américaine, « L’open Phylantropy Project » qui a investi des sommes colossales dans les recherches sur la viande synthétique (Valeurs Actuelles, Christian Harbulot, École de Guerre Économique).

Le débat, en France, et comme sur beaucoup de sujets, est confisqué par les extrémistes vegans opposés aux affairistes de la viande. Nous proposons une voie pragmatique d’amélioration des pratiques d’abattoir, inspirées de la méthode Temple Grandin.

Vigilance hallal & Breizh Info

1 Commentaire

  1. toutes ces assoces “modernes” de défense animale ou de lutte contre la chasse sont des “trucs” de sales gauchistes…Quand on voit leur tête, ils sont malades, cela se voit à la simple vue.

Les commentaires sont fermés.