Algérie : Fraudes massives aux retraites versées par la France… à des disparus

Selon un Compte rendu de la Commission d’enquête relative à la lutte contre les fraudes aux prestations sociales : 600.000 retraités sont pensionnés par la France, sur 1000 personnes, 691 n’ont pas été retrouvées et 130 étaient décédées.

Les organismes AGIRC-ARRCO pouvaient supputer qu’un certain nombre de leurs retraités étaient, malgré les certificats de vie qu’ils recevaient, décédés. À partir de là, ils ont essayé de mettre en place différents tests, sur place ou depuis la France, puisque la plupart de ces retraités supposés décédés étaient étrangers, spécifiquement en Afrique du Nord, en Algérie.

À la suite de ces supputations, ils nous ont mandatés pour trouver une solution afin de savoir si oui ou non il y avait des cas de fraude où des personnes touchaient la retraite d’un retraité en fait décédé.

Nous donc avons mis en place un protocole et missionné un certain nombre de personnes sur place afin de savoir si, oui ou non, des retraités de notre commanditaire, en l’occurrence l’AGIRC-ARRCO, étaient décédés ou pas, alors qu’ils percevaient leur retraite. Ils nous ont confié de manière aléatoire 1.000 dossiers en Algérie et 500 au Portugal.

Je passe rapidement sur le Portugal, où tout semble relativement concorder. Je n’ai pas de suspicion de fraude particulière, sauf pour quelques dossiers évidemment.

S’agissant de l’Algérie, on nous a confié 1.000 dossiers de personnes de plus de 85 ans. Notre mission était de vérifier s’ils étaient décédés. Au début des discussions avec notre commanditaire, une suspicion de fraude suffisait. Nous étions uniquement rémunérés au résultat. Puis ils ont arrêté le fait qu’il nous fallait une preuve irréfutable de décès, donc un certificat de décès algérien avec une traduction française. Sur 1.000 dossiers répartis entre quatre wilayas distinctes – étonnamment pas celle d’Alger, qui est la plus importante –, nous en avons retrouvé 500 personnes. Notre travail, chez Excellcium, est de retrouver les gens, en France et partout dans le monde. Généralement, nous retrouvons entre 80 et 92 % des personnes.

En l’occurrence, nous n’en avons retrouvé que 50 %. Sur ces 50 % nous avons ressorti de l’administration algérienne 26 % d’actes de décès. Pour les 24 % restants, ce sont des supputations de décès, je n’ai donc pas l’acte de décès qui permet de prouver que la personne est décédée, ou l’acte de décès qu’on m’a présenté est tellement farfelu que je ne peux pas me permettre de le présenter à mes clients, ou alors les personnes sont bien vivantes ; ce qui laisse un nombre de personnes vivantes relativement faible.

Les 500 personnes que je n’ai pas retrouvées, à mon grand étonnement évidemment, sont selon nous décédées à l’étranger, en France pour la grande majorité. Nous avons d’ailleurs fait un picking sur les personnes algériennes décédées dans les quatre hôpitaux principaux de Marseille. Il y a à peu près un millier de personnes étrangères, algériennes, qui décèdent à Marseille. Au vu du test que nous avons effectué, le protocole de suivi de documents administratifs nous permet de penser, a priori, que quand un étranger meurt sur le territoire français, aucun certificat de décès n’est transmis aux autorités compétentes du pays d’origine. Un certificat est envoyé à la mairie. La mairie n’en fait rien, sinon le transmettre à l’administration de la santé à des fins de comptabilisation du nombre de décès. Rien n’est envoyé à l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), au consulat, aux autres administrations françaises, et évidemment pas à nos commanditaires.

Nous supputons donc que les 500 personnes que nous n’avons pas réussi à retrouver sont malgré tout décédées, mais en France.

Quand nous demandons sur place les certificats de décès à l’administration algérienne dans les différents villages, wilayas ou villes, elle est incapable de nous les ressortir parce que ces personnes sont décédées en France.

Commission d’enquête relative à la lutte contre les fraudes aux prestations sociales