Algérie : La France va-t-elle enquêter sur l’arnaque aux retraites ?

Temps de lecture : < 1 minute

Le quotidien français Le Figaro a révélé, mercredi 9 septembre, que 1 717 personnes âgées de 100 ans et plus et résidant à l’étranger ont perçu, en 2019, plus de 6.8 millions d’euros de pensions de retraite. En Algérie, ils sont 872 centenaires, majoritairement concentrés dans quatre wilayas, à toucher encore leur retraite en France.

La même source rappelle que l’administration française peut demander aux retraités résidant à l’étranger de fournir des certificats d’existence qu’ils doivent faire certifier par les autorités locales. Toutefois, elle fait remarquer que ce procédé peut être facilement contourné si les autorités locales n’exigent pas la présence physique de l’assuré ou si « elles succombent à une tentative de corruption ».

Toujours selon Le Figaro, deux organismes français, en l’occurrence la Cnav et l’Agric-Arrco, projettent de convoquer prochainement (au dernier trimestre de l’année en cours) de nombreux retraités résidant à l’étranger. En Algérie, il y a quelque 1 000 titulaires de pensions de retraite âgés de 85 ans et plus. D’après le média français, ils sont essentiellement domiciliés dans quatre wilayas du pays que le journal ne cite pas nommément.

A noter que les autorités françaises ont promulgué, en juillet dernier, une nouvelle loi qui vise à durcir le contrôle du versement des pensions de retraite pour lutter contre la fraude. La nouvelle formule oblige les personnes vivant à l’étranger et percevant leurs pensions de retraite en France à prouver (preuve physique) qu’elles sont toujours en vie.

Ce sont les services consulaires français qui sont chargés de s’occuper de cette opération de vérification. Les représentations diplomatiques à l’étranger sont appelées à accueillir les concernés, notamment les retraités de plus de 85 ans, pour s’assurer qu’ils sont toujours en vie.

Source: ObservAlgérie