Allemagne : Des militants écologistes perturbent un concert et sont expulsés, les mains toujours collées à la barre du pupitre du chef d’orchestre

Les extrémistes du climat, qui ont vandalisé des œuvres d’art et des voitures ces derniers mois, se sont cette fois-ci collés les mains à la tribune d’un chef d’orchestre lors d’un concert de Beethoven mercredi à Hambourg, en Allemagne. Des militants pour le climat du groupe radical Last Generation ont  interrompu un concert de Beethoven à la salle de concert de la Philharmonie de l’Elbe, l’une des plus grandes salles d’Allemagne, et se sont collés les mains tout en faisant la leçon au public sur le changement climatique.

Les responsables de la sécurité sont rapidement intervenus et ont arrêté les deux militants, ils les ont ensuite sortis sans les décoller de la barre. Le spectacle s’est déroulé comme prévu.

Quelques minutes avant que l’orchestre d’État de Saxe n’entame les premières notes du Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven, un homme et une femme non identifiés vêtus de gilets fluorescents sont montés sur scène et ont collé leurs mains au support avec de la colle à séchage rapide, ce qui a provoqué les huées du public.

Mais les responsables de la salle de concert ont écourté leur action. Comme la barre de sécurité du pupitre du chef d’orchestre n’était pas vissée, ils ont immédiatement fait sortir les activistes de la salle, toujours collés à la barre… pour le plus grand plaisir du public. Les collaborateurs de la Philharmonie de l’Elbe ont alors été chaleureusement applaudis.”

Dans un bref discours, la femme a averti qu’il n’y aurait plus de concerts à Hambourg si la ville portuaire basse devait être submergée par la montée des eaux.”Si nous ne faisons rien maintenant, nous serons complices de la plus grande catastrophe que l’humanité ait jamais subie”, a-t-elle déclaré.”Tout comme il n’y a qu’un seul concerto pour violon de Beethoven, nous n’avons qu’une seule planète, dont nous abusons tellement des limites que les catastrophes causées par le changement climatique sont de plus en plus fréquentes et meurtrières.”

Elle a ajouté: “J’ai toujours voulu avoir des enfants, mais maintenant j’ai tellement peur de placer un enfant dans ce monde et de le regarder mourir dans une guerre pour les ressources ou l’eau.”

The Times