Allemagne: La Première Femme Noire Ministre – La pathétique Histoire d’Aminata Touré

Aminata Touré

Aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années; dit-on.

Rien ne prédestinait cette jeune africaine d’origine malienne à un tel haut poste politique dans un environnement dominé par la race blanche. Ni le statut social de ses parents, ni leur origine, ni même sa naissance ne laissaient prévoir qu’Aminata Touré connaîtrait un si brillant destin. Ses parents ayant quitté le Mali en 1991 après le coup d’état d’Amadou Toumani Touré qui chassa Moussa Traoré du pouvoir, elle vit le jour le 15 novembre 1992 dans le nord de l’Allemagne dans la ville de Neumünster. Elle dut passer une grande partie de son enfance dans un centre de demandeurs d’asile avec ses parents qui vivaient en partie des aides sociales. Elle obtient la nationalité allemande à 12 ans, pendant que son père quitte la famille, abandonnant ainsi sa mère avec quatre enfants. Son enfance, relativement difficile, confrontée de temps en temps à la discrimination et au racisme à cause de la couleur de sa peau, au lieu de lui être un obstacle, l’a galvanisée à avoir une scolarité normale, à faire des études, à s’engager socialement et surtout politiquement pour être ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Que notre jeune sœur soit devenue mercredi 29 juin 2022 la première femme noire d’origine africaine à être nommée ministre dans un gouvernement régional en Allemagne, n’est pas du tout le fruit du hasard. Aminata Touré avait bien retenu les conseils de ses parents qui lui demandaient, conscients de sa situation de défavorisée appartenant à une minorité, de toujours fournir 200% d’efforts là où 100% suffiraient aux autres ; comme elle l’affirme dans une interview. Devenue ministre « verte » des Affaires sociales, de la Jeunesse, de la Famille, des Personnes âgées, de l’Intégration et de l’égalité des femmes dans la région (Bundesland) de Schleswig-Holstein dans le cabinet du ministre-président Daniel Günther, elle promet de s’engager encore plus pour que plus jamais, des personnes des couches défavorisées ne soient plus contraintes de fournir plus avant d’être acceptées dans la société.

Après l’obtention de son baccalauréat (Abitur), Aminata Touré étudie les sciences politiques et la littérature française à la Christian-Albrechts-Universität de Kiel. En 2012 elle devient porte-parole des jeunes de son parti les Verts (die Grünen) dans la capitale régionale Kiel. Le 29 juin 2017 elle entre au parlement régional (Landtag) de Schleswig-Holstein, où elle devient porte-parole pour les questions d’immigration, de l’antiracisme, de l’égalité des chances, pour les questions féminines, de religion, ainsi que pour la prévention des catastrophes. Elle était depuis le 28 août 2019 jusqu’à sa nomination comme ministre, vice-présidente du parlement régional de Schleswig-Holstein. Depuis 2018 elle est mariée à Joschka Touré, également du parti des Verts, qui est attaché de presse au ministère de l’agriculture de l’état fédéral (Bundesland) de Schleswig-Holstein.

Voilà résumé le parcours d’Aminata Touré qui fait aujourd’hui la fierté de tous les Africains de la diaspora allemande et de tous les hommes et femmes de race noire tout court.

Dans un entretien accordé à la presse écrite et à la presse en ligne, la nouvelle ministre reconnaît, certes, qu’il est important que la politique soit faite par des hommes et des femmes qui, par expérience, connaissent les problèmes de ceux qui sont peu représentés dans la société. Mais elle refuse de croire que cela seul puisse suffire. » Biographie ersetzt keine Politik » (la biographie ne remplace pas la politique), martèle-t-elle ; en d’autres termes, il serait nécessaire, selon elle, de travailler avec les plus défavorisés pour générer des concepts politiques. Aminata Touré reconnaît dans l’interview que le fait pour elle d’être née et d’avoir grandi comme noire en Allemagne a toujours joué un grand rôle dans sa vie, avec des expériences positives comme négatives. « Je fus en permanence confrontée au fait d’être différente des autres », avait-elle tenu à ajouter. La nouvelle ministre d’origine africaine des affaires sociales du Schleswig-Holstein dénonce les préjugés dont sont victimes des personnes issues des minorités comme elle. Elle dit ne pas comprendre ce comportement qui consiste à avoir des préjugés sur des citoyens étrangers sans connaître la réalité dans laquelle la plupart d’entre eux vivent dans les centres de demandeurs d’asile, sans savoir quelle pauvreté est la leur et comment une mère célibataire, comme la sienne,souffre pour élever seule ses enfants.

Rappelons qu’Aminata Touré vient du parti des Verts (die Grünen); et elle insiste sur le fait qu’elle soit venue à cette formation politique pour l’amélioration de la politique sociale, pour l’égalité des chances et pour la politique d’intégration. Et en sa qualité de ministre, elle entend travailler avec son parti pour l’amélioration des conditions de vie des couches les plus faibles de la société, comme les retraités, les bénéficiaires des aides sociales et pour le soulagement des ménages qui souffrent de la cherté de la vie.

Ici Lomé