Allemagne : Plus de 2.000 cas de discrimination raciale recensés en 2021

Ferda Ataman, la commissaire fédérale indépendante à la lutte contre la discrimination qualifie les chiffres d’alarmants et demande instamment le renforcement des moyens juridiques.

Plus de 2.000 cas de discrimination raciste ont été signalés en Allemagne l’année dernière, selon un nouveau rapport de la principale agence anti-discrimination du pays.

En Allemagne, les gens sont encore victimes de discrimination tous les jours, notamment sur le marché du travail, dans les affaires courantes et lors de la recherche d’un logement, voire parfois par les autorités publiques ou dans la rue”, a déclaré Ferda Ataman.

“Je veux aussi que les gens soient conscients de leurs droits et sachent que la discrimination est illégale. Je veux mieux faire connaître la loi allemande sur l’égalité et montrer comment la discrimination peut être spécifiquement prévenue”, a-t-elle ajouté.

Selon le rapport, plus de 5 600 personnes ont déposé des plaintes pour discrimination en Allemagne, l’année dernière, dont 37 % concernaient la discrimination sur le lieu de travail.

Quelque 9 % de ces plaintes ont été déposées par des personnes ayant subi des discriminations ou un préjudice en raison de leur religion.

L’Agence fédérale de lutte contre les discriminations offre des conseils aux personnes qui, dans leur vie professionnelle ou privée, ont été victimes de discrimination en raison de leur origine ethnique, de leur religion, de leurs convictions, de leur orientation sexuelle, de leur âge, d’un handicap ou de leur sexe.

Pour faire face à une augmentation significative du nombre de demandes, l’Agence fédérale de lutte contre les discriminations a mis en place, l’année dernière, un centre proposant des consultations par téléphone à un public plus large.

“Il est très important pour moi que nous puissions mieux aider les personnes concernées en Allemagne, nous constatons également, d’après les résultats de notre étude, que la loi dont nous disposons actuellement ne les aide pas toujours suffisamment, puisque l’agence de lutte contre la discrimination n’a malheureusement comme seule possibilité que de procéder à une évaluation juridique”, a déclaré Ataman.

Et d’expliquer : “La loi anti-discrimination actuelle est très faible, les gens doivent aller seuls au tribunal s’ils veulent aller en justice. Ce que nous pouvons faire en tant qu’organisme anti-discrimination, c’est demander une déclaration à l’employeur, ou à l’autre personne impliquée, nous pouvons essayer de les aider à trouver un accord. Mais pour engager une action en justice, les gens doivent prendre cette décision eux-mêmes et, pour l’instant, nous ne pouvons que leur donner un avis juridique”.

L’Agence fédérale de lutte contre les discriminations publie chaque année, depuis 2019, des rapports sur ses activités.

Agence Anadolu