Allemagne : Un chef de clan turco-libanais se fait passer pour un policier et escroque des millions à des retraités

Gagnez 250.000 euros par mois“. C’est ainsi que le chef de bande s’est vanté de son escroquerie à plusieurs millions d’euros, sur le réseaux sociaux. Début décembre, Raffke Halit D. est tombé dans les mailles du filet des autorités turques. En coopération avec leurs collègues de Düsseldorf et de Munich, les enquêteurs ont débusqué deux grands centres d’appels servant de base arrière à l’arnaque, situés à Izmir, lors d’une importante descente.

Halit D. menait grand train. Membre du célèbre clan turco-libanais Saado, il aimait s’afficher sur les réseaux sociaux avec des voitures de luxe, des montres Rolex et des piles de billets. “Je baise l’État allemand tous les jours“, se vantait le chef barbu dans une vidéo.

Le chef de clan a arnaqué des milliers de retraités en se faisant passer pour un policier

Avec ses deux frères, l’escroc, qui se faisait appeler Papa Kralle, a escroqué des milliers de retraités en Allemagne via des centres d’appel situé dans la station balnéaire turque d’Izmir.

Le scénario était toujours le même: “Bonjour Mme B, ici l’inspecteur Bach du service d’enquêtes criminelles. Avez-vous fermé toutes les portes et fenêtres de chez vous ?” La personne appelée réagit avec perplexité : “Pourquoi, pourquoi ?”

L’interlocuteur continue à faire pression sur la retraitée de Mülheim dans la Ruhr : “Nous avons interpelé trois cambrioleurs dans votre rue, d’autres sont toujours en fuite. Une liste a été trouvée sur les personnes arrêtées, sur laquelle votre nom est écrit avec la note : cette femme possède beaucoup d’argent”. Comment ces gens sont-ils au courant ?” Paniquée, la personne âgée fait le tour de son appartement alors que d’autres questions s’enchaînent. “Avez-vous de l’argent ou des bijoux chez vous ?

Soudain, une sirène de police retentit. Une voiture de patrouille passe dans la rue. Le faux policier du centre d’appel entend ce qui se passe et saisit l’occasion : “Mes collègues sont en train de passer en voiture, ils ont vu un fugitif.” La retraitée est maintenant persuadée que son interlocuteur est un vrai membre des forces de l’ordre. Elle ne se doute pas que le gang d’escrocs d’Halit D. a orienté la patrouille dans le quartier par le biais d’un appel anonyme passé au poste de police voisin.

Peu à peu, la vieille dame fourni toutes les informations demandées. La victime ne se doute de rien. Puis, les escrocs changent de rôle, un “supérieur hiérarchique” nommé l’inspecteur en chef Schwarz intervient. Pour des raisons de sécurité, on demande à Mme S. de mettre son argent dans un sac : “Quelqu’un passera bientôt pour récupérer le sac. Il mettra l’argent en lieu sûr“.

La piste a mené à des escrocs localisés dans les villes de Munich, Stuttgart, Hanovre, Kiel, Cologne, Düsseldorf – partout, les malfrats trompaient de vieux Allemands via des centres d’appel turcs. Entre-temps, les enquêteurs ont réussi à identifier les membres du clan parmi les commendataires.

Il s’agit parfois de 20.000 euros, parfois de plusieurs millions. Les correspondants incitaient leurs victimes à se rendre à la banque dès le lendemain, à clôturer leur compte et à remettre le montant à des “collecteurs” ou à le déposer à un endroit convenu, certains ont même vendu leur maison ou ont remis aux escrocs des lingots d’or accompagnés de bijoux.

Au total, nous supposons qu’il y a huit centres d’appel actifs en Turquie, qui escroquent les personnes âgées en Allemagne“, explique Oliver Müller (nom modifié), chef d’une commission d’enquête, au sein du département d’enquête criminelle de l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Début décembre, les forces de l’ordre de Düsseldorf, en coopération avec leurs collègues de Munich et les autorités turques, ont fait tomber les deux plus importants centres d’appel.

Halit D. a été placé en détention avec ses deux frères et trois autres caïds. Des montres Rolex, cinq kilos d’or, 1,5 million d’euros en espèces, ainsi que 41 voitures de luxe et 87 propriétés, dont trois hôtels, ont été confisqués. Les actifs s’élèvent à 105 millions d’euros, selon les premières estimations.

Après le raid d’Izmir, le nombre de cas de ce type en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en Bavière a considérablement diminué depuis décembre. Néanmoins, le chef du CID de Cologne, Klaus-Stephan Becker, craint que des imitateurs ne viennent prendre le relais. Tout récemment, une boîte de Tupperware contenant 23.000 euros a été trouvée sur un banc du parc à Leverkusen. Propriétaire inconnu. “Nous supposons que le transfert a échoué pour une raison quelconque“, rapporte l’enquêteur criminel en chef.

Généralement, les criminels pensent qu’ils sont en sécurité dans leur patrie turque. Souvent, les demandes allemandes d’assistance juridique à Ankara restent vaines ou prennent des années. Cette fois, cependant, les enquêteurs locaux ont été en mesure motiver leurs collègues turcs lors d’une réunion de l’Office fédéral de la police criminelle (BKA).

L’enquête a débuté à l’automne 2017, et après des mois d’analyse de 16.000 cas, le département d’enquête stratégique sur la criminalité est parvenu à développer une expertise sur le modus operandi et les personnes qui l’organisent. “Les trois quarts des victimes étaient des femmes et la plupart avaient 80 ans ou plus.

Plusieurs des victimes âgées ont eu du mal à se remettre de ce traumatisme. Certaines se sont senties ridiculisées. “Par pure honte, beaucoup n’ont pas signalé l’arnaque“, déclare l’inspecteur en chef Müller, “il y en a même qui ont nié l’incident afin que la famille ne le découvre pas“.

Les escrocs de Rhénanie du Nord-Westphalie ont obtenu un million d’euros de la part d’un seul bijoutier. Halit D. et sa bande ont détourné cette somme via leur “centre d’appel en une semaine“, rapporte l’enquêteur en chef Müller.

Focus