Amélie de Montchalin : « La haute fonction publique a perdu en diversité sociale »

Temps de lecture : < 1 minute

La ministre de la transformation et de la fonction publiques annonce dans « Le Monde » que des places vont être « réservées » à partir de 2021 aux candidats issus des milieux modestes dans tous les futurs concours de la haute fonction publique.

La nouvelle ne va pas manquer de faire réagir dans le milieu des grandes écoles françaises. Ministre de la transformation et de la fonction publiques, Amélie de Montchalin annonce que des voies d’accès spécifiques vont être ouvertes à partir de 2021 pour les candidats de condition modeste dans les concours d’entrée aux écoles de service public (ENA, magistrats, directeurs d’hôpital, etc.).

Toute forme de discrimination positive, même beaucoup moins radicale qu’aux Etats-Unis, est vue avec beaucoup de méfiance en France. L’initiative de Sciences Po Paris, en 2001, consistant à ouvrir un concours spécial pour les lycéens issus d’une zone d’éducation prioritaire, avait constitué un coup d’éclat, qui demeura cependant isolé face à l’hostilité des grandes écoles.

Mais Emmanuel Macron est depuis longtemps persuadé qu’il faut en passer par là pour ouvrir la haute fonction publique, dont il dénonçait en 2017 les « protections hors du temps » et les réflexes de « caste ».

Le Monde

4 Commentaires

  1. Des concours avec des places réservées ???

    Ça y est, ils ont déjà commencé à causer l’arabe, il y a des mots que je ne comprends pas dans la prose de la grognasse.

  2. … J’arrive du Mexique … Ma religion m’oblige a pratiquer le sacrifice humain … Je ne parle pas Fronçais, suis un vrai demeuré …
    N’oubliez pas de me réserver une place auprès de la dite Haute Fonction Publique ( avec le salaire adéquat ( 15 000 ( net ))) !!

Les commentaires sont fermés.