Amende de 444 millions d’euros pour trois laboratoires en France pour « pratiques abusives »

Temps de lecture : 2 minutes

Source: Ouest France

Les laboratoires Novartis, Roche et Genentech ont été condamnés à verser une amende de 444 millions d’euros pour « pratiques abusives » contre la concurrence.

AYEZ CONFIANCE DANS LES LABORATOIRES QUI N’ONT QUE L’OBJECTIF DE SOIGNER LEURS PATIENTS

Visiblement, les sanctions sont assez légères, la somme ne grèvera pas les coquets bénéfices des mastodontes pharmaceutiques dont il est ici question.

En revanche, que de telles choses (après les nombreux scandales sanitaires qui ont été mis à jour ces dernières années) aient encore pu se produire (et qu’elles aient duré bien avant qu’une quelconque mise en examen soit envisagée), mettent en lumière de manière emblématique les pratiques mensongères et la corruption toujours opérées par les laboratoires.

Ce qui donne une petite idée de ce qui se joue actuellement dans l’épidémie en cours, où les sommes engagées par les laboratoires et le retour sur investissent attendu via les colossaux profits vaccinaux à venir, sont d’un niveau encore jamais atteints.

Un nouveau scandale qui ne fait pas la une des journaux, dans le contexte actuel où le pouvoir sanitaire est désormais le nouveau totem devant lequel les français sont tenus de se prosterner et d’obéir au doigt et à l’oeil.

…/…

Novartis, Roche et Genentech ont été sanctionnés à hauteur de 444 millions d’euros pour « pratiques abusives » par l’autorité française de la concurrence, qui accuse les laboratoires d’avoir cherché à « préserver » les ventes d’un médicament traitant la dégénérescence maculaire (DLMA) au détriment d’un traitement concurrent moins cher. C’est la plus forte amende collective jamais prononcée par l’autorité à l’encontre de laboratoires pharmaceutiques.

Elle explique dans un communiqué que « les laboratoires Genentech, Novartis et Roche ont mis en œuvre un ensemble de comportements (abus de position dominante collective) visant à préserver la position et le prix du Lucentis, en freinant l’utilisation hors autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’anticancéreux Avastin ».

Un coût 30 fois plus élevé

Le Lucentis est un traitement de la DMLA, une maladie de la rétine liée à l’âge, développé par Genentech (qui a des liens capitalistiques avec les groupes Roche et Novartis).

Toutefois, les médecins se sont rendu compte qu’un autre médicament de Genentech, l’anticancéreux Avastin, avait des effets positifs sur la DMLA et se sont mis à le prescrire bien qu’il n’ait pas d’autorisation de mise sur le marché pour cette maladie.

Or, l’Avastin a un coût 30 fois moins élevé que le Lucentis : une injection du premier coûte 30 à 40 euros, contre 1.161 euros pour le second.

Novartis commercialise le Lucentis à l’échelle mondiale en dehors des États-Unis, et Roche l’Avastin.

Des pratiques « particulièrement graves »

Selon l’autorité de la concurrence, Novartis « a cherché à faire échec aux initiatives des médecins ophtalmologistes qui, dans le cadre de leur liberté de prescription, décidaient de prescrire Avastin, hors autorisation de mise sur le marché, en ophtalmologie ».

« Novartis, Roche et Genentech ont par ailleurs été sanctionnés pour avoir mis en œuvre un ensemble de comportements de blocage et pour avoir diffusé un discours alarmant, et parfois trompeur, auprès des autorités publiques sur les risques liés à l’utilisation d’Avastin pour le traitement de la DMLA ».

L’autorité juge que « les pratiques en cause sont particulièrement graves, car elles sont intervenues dans le secteur de la santé, où la concurrence est limitée, et plus spécifiquement, dans un contexte de débat public sur l’impact sur les finances sociales du prix extrêmement élevé du Lucentis » remboursé à 100 %

10 Commentaires

  1. SVP, serait-il possible d’avoir un peu moins de majuscules dans les titres? Sur le Net c’est considéré comme une forme de haussement de ton. Par avance merci.

Les commentaires sont fermés.