Angers. Le local identitaire de l’Alvarium perquisitionné, cinq personnes en garde à vue

Une perquisition a été menée en début de matinée, mercredi 2 juin, dans le local identitaire l’Alvarium, rue du Cornet à Angers. Cinq personnes ont été placées en garde à vue, indique le procureur de la République d’Angers.

Le local de l’Alvarium, rue du Cornet à Angers, a fait l’objet d’une perquisition mercredi 2 juin en début de matinée. L’opération a été menée par les militaires de la compagnie de gendarmerie de Segré. Cinq personnes ont été placées en garde à vue, précise Eric Bouillard, procureur de la République.

Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une enquête ouverte pour des faits de vols aggravés et d’introduction dans une enceinte militaire. Elle est confiée à la brigade de recherche. Dans la nuit du 23 janvier 2021, des drapeaux, français et européens, avaient été subtilisés dans une entreprise et au sein de la brigade de gendarmerie de Pouancé.

Le porte-parole de l’Alvarium réagit

Quelques heures après la perquisition de ce mercredi 2 juin, Jean-Eudes Gannat, porte-parole de l’Alvarium, a réagi via un communiqué. Ce matin à 6 heures, les forces de l’ordre ont fait irruption dans les locaux de l’Alvarium pour une perquisition confirme-t-il d’abord, avant d’en donner les motifs : Le vol de 2 ou 3 drapeaux devant une gendarmerie de campagne.

Selon ce même communiqué, des perquisitions ont également été menées aux domiciles de certains adhérents du groupe identitaire : À l’Alvarium comme chez les particuliers, aucune trace des drapeaux en question assure M. Gannat, qui est par ailleurs candidat aux prochaines élections départementales, dans le canton de Segré.

Les faits « globalement reconnus »

Mercredi, le procureur de la République Eric Bouillard indiquait que les faits seraient globalement reconnus par les personnes interpellées. Les suspects sont cinq jeunes hommes. Leurs gardes à vue ont été prolongées mercredi soir. Le procureur confirme que des perquisitions ont également été menées aux domiciles des personnes mises en cause et dans les locaux identitaires de l’Alvarium, que les suspects fréquentaient. Des drapeaux ont été retrouvés, sans qu’il soit pour l’instant établi qu’il s’agit de ceux volés.

Un important travail de recoupement a été effectué par les gendarmes pour identifier les suspects indique M. Bouillard. Des témoignages et de la téléphonie ont notamment été étudiés. « Nous avons des éléments sérieux ».

Ces investigations des gendarmes n’ont pas de lien direct avec l’enquête pour violences en réunion actuellement menée par les policiers de la Sûreté départementale d’Angers.

Dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 mai, sept personnes avaient été victimes d’une agression dans la rue du Mail, à Angers. Désignés comme responsables, les identitaires de l’Alvarium assumaient une <<réaction musclée>>.

OUEST-FRANCE