Angleterre : Les gigantesques pierres de Stonehenge auraient été déplacées sur des kilomètres dans l’Antiquité

La légende veut que l’enchanteur Merlin ait construit le monument de Stonehenge. Ou plutôt qu’il ait dérobé le cercle de pierres aux Irlandais pour le reformer sur son emplacement actuel, en Angleterre. Est-ce seulement un conte ou y a-t-il un fond de vérité ? Les pierres du site préhistorique proviendraient d’un autre site situé au pays de Galles, selon une nouvelle étude de chercheurs britanniques.

On peut légitimement se poser la question ce vendredi, alors que paraît une très sérieuse étude archéologique dans la revue britannique spécialisée « Antiquity ». Selon ses auteurs, le premier cercle de Stonehenge aurait été dressé non pas en Irlande mais au Pays de Galles, avant d’être transporté dans la plaine de Salisbury. L’étude a aussi fait l’objet d’un documentaire, qui a été dévoilé ce vendredi soir sur la BBC.

Les pierres du site préhistorique de Stonehenge, en Angleterre, pourraient venir d’un autre site situé au pays de Galles, à plus de 200 kilomètres de là, une découverte qui lèverait une partie du mystère entourant ces célèbres mégalithes, estiment des archéologues. Leur étude, qui doit être publiée dans la revue d’archéologie britannique Antiquity et fait l’objet d’un documentaire: « Stonehenge : the Lost Circle Revealed » (Stonehenge : le cercle perdu révélé), diffusé vendredi 12 février 2021 sur la BBC, montre, grâce à la datation des sédiments du sol et du charbon présent sur les lieux, que le cercle de pierres de Waun Mawn (dans le sud-ouest du pays de Galles), a été érigé environ 400 ans avant ceux de Stonehenge.

Les chercheurs de l’University College London (UCL) estiment que les pierres bleu et gris caractéristiques du pays de Galles de Stonehenge ont pu y être déplacées par ses constructeurs au fur et à mesure que leur communauté a migré en Angleterre. Les scientifiques ont en effet remarqué qu’un cercle datant de 3.000 ans avant J.-C. sur le site mégalithique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, avait copié la structure de celui de Waun Mawn, présentant exactement le même diamètre (110 mètres) et le même alignement face au lever du soleil lors du solstice d’été.

Migration des habitants ?

Cette découverte expliquerait beaucoup de choses sur le site de Stonehenge, notamment pourquoi ses monolithes n’ont pas été érigés à proximité immédiate de leur carrière, comme la plupart des sites datant de la même époque. Waun Mawn, où il ne reste désormais que quatre monolithes, est l’un des plus anciens cercles de pierre du Royaume-Uni, et le troisième plus grand du pays. La région environnante était une zone importante et densément peuplée jusqu’en 3.000 avant J.-C., date à laquelle l’activité semble avoir brusquement cessé.

«  C’est comme si [les habitants] avaient disparu. Peut-être que la plupart des gens ont migré, emportant leurs pierres, leurs identités ancestrales avec eux  », a déclaré le professeur Parker Pearson de l’UCL. Composé d’environ 80 pierres, le site mégalithique de Stonehenge a dû emprunter des roches à d’autres monuments que celui de Waun Mawn, estime le professeur : «  Peut-être y a-t-il d’autres [monuments] à Preseli qui attendent d’être trouvés. Qui sait  ?  »

Nouvel Obs