Anti-pass sanitaire : «Qui ?», le nouveau slogan antisémite de l’extrême droite (Màj)

D’où vient ce curieux message, sous forme de question, apparu sur des pancartes dans les manifs anti-pass sanitaire, organisées par l’extrême droite ? Derrière ce discret slogan se cache une référence antisémite rendant les Juifs responsables de la pandémie et de la politique vaccinale.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-119.png.

«Qui ? Mais dites qui ?» L’interview mi-juin sur CNews du général en retraite Dominique Delawarde par Claude Posternak, spécialiste de l’opinion et membre du bureau exécutif LREM, a fait le tour des réseaux sociaux. Confronté à ses déclarations récentes affirmant que les médias seraient «contrôlés», l’ex-gradé, interrogé car signataire de la fumeuse «tribune des généraux» (d’extrême droite), déployait d’abord des trésors de lâcheté pour ne pas répondre à une question pourtant simple : qui contrôlerait ainsi la «meute médiatique», notamment américaine, qui aurait selon lui «truqué» la non-réélection de Donald Trump ? Pour finir par lâcher, sous la pression de Posternak, qu’il s’agit de la «communauté que vous connaissez bien». Traduction : les Juifs. Tollé. Une enquête est ouverte dans la foulée contre Delawarde par le parquet de Paris pour ces propos antisémites.

Si l’échange avait provoqué de nombreuses réactions indignées, l’extrême droite s’en est emparée, reprenant la réaction outrée de Claude Posternak pour la détourner à des fins antisémites. Des influenceurs radicaux ont ainsi repris la carte du paysage médiatique français d’Acrimed en plaçant uniquement, au centre de l’image, des personnalités juives actionnaires de médias ou y occupant un poste à responsabilité. Une carte notamment diffusée par un site internet reprenant le nom du principal journal collaborationniste français connu pour son obsession anti-juive. Le tout parfois sur fond d’étoile jaune de la Seconde Guerre mondiale, étant censé répondre à la question : «Qui ?» contrôle les médias.

Un mois après, ce sont de simples pancartes qui sont apparues, bien que restant rares, dans les cortèges des opposants au pass sanitaire organisés par Florian Philippot les 17 et 24 juillet, et posant cette question d’apparence innocente : «Qui ?». Discrètes, passe-partout, elles n’en cachent donc pas moins une nouvelle forme de ces références antisémites dont la fachosphère a le secret. Une manière discrète d’afficher un slogan accusant la communauté juive d’être responsable de la pandémie et de la politique vaccinale dont elle tirerait profit.

Manifestant antisémites

« Qui ? », c’est aussi la question que pose une chaîne YouTube d’extrême droite qui a interrogé des participants au rassemblement contre le pass sanitaire de samedi dernier au Trocadéro. Une vidéo montée, débordant de clichés antisémites (l’intervieweur y parle «d’empoisonneurs de puits», soit une périphrase désignant les Juifs, tout droit sortie du Moyen Age…), qui a été vue plus de 10.000 fois depuis sa publication dimanche 25 juillet.

Après une longue logorrhée sur la «communauté très organisée», la personne derrière la caméra demande à une jeune femme s’il «serait temps “qu’ils” fassent leurs valises?». Réponse : «Faire leurs valises, oui, mais même en dehors de la France, ils arrivent à nous chapeauter.» «Ils ont beaucoup de ressentiment par rapport aux blancs, ils ont un mauvais fond, ils nous considèrent comme des bêtes, c’est écrit dans le Talmud et ils veulent absolument nous métisser avec des [mot bipé] inférieurs intrinsèquement», poursuit la jeune femme. Et d’asséner : «Il aurait mieux valu qu’ils n’existent pas.» A ce stade, ce vendredi, la vidéo n’avait reçu qu’une quarantaine d’appréciations négatives, tandis qu’un internaute s’enthousiasmait dans les commentaires : «Incroyable ce que vous arrivez à dire sans vous faire censurer, bravo !»

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-131.png.

Libération