Après avoir suggéré des « vidéos de primates » sous un clip montrant des Noirs, Facebook va arrêter d’utiliser la reconnaissance faciale et effacer les données d’un milliard d’utilisateurs

C’est un revirement majeur. Facebook a annoncé mardi qu’il n’utiliserait plus, sur sa plateforme, la reconnaissance faciale qui permet d’identifier, depuis 2010, une personne sur des photos ou des vidéos postées sur le réseau social. Une décision qui intervient alors que d’autres géants – notamment Microsoft, Amazon et IBM – ont également pris leurs distances avec une technologie qui suscite « des inquiétudes sociétales grandissantes », explique Facebook.

Le groupe californien empêtré dans des scandales au sujet de son modèle économique a aussi indiqué qu’il supprimerait les données de reconnaissance faciale accumulées sur plus d’un milliard d’utilisateurs, selon un communiqué. En septembre, Facebook avait dû s’excuser après avoir suggéré des « vidéos sur les primates » sous un clip montrant des personnes noires.

Ce changement va représenter une des plus importantes évolutions en termes d’usage de la reconnaissance faciale dans l’histoire de cette technologie », a noté Jerome Pesenti, le vice-président de la société, chargé de l’intelligence artificielle. « Plus d’un tiers des utilisateurs quotidiens de Facebook ont activé la reconnaissance faciale et peuvent être reconnus », a-t-il précisé. « Plus d’un milliard de modèles numériques de reconnaissance faciale » vont donc être supprimés.

Plus de tags automatiques

Cette décision inattendue signifie que certains outils populaires du réseau ne fonctionneront plus : quand un utilisateur publiera une photo, l’algorithme ne devinera plus les noms des personnes présentes dessus, par exemple.

Meta, la toute nouvelle maison-mère de Facebook et de ses autres plateformes (Instagram, WhatsApp…), reconnaît que cette technologie peut être utile au quotidien, pour déverrouiller l’écran de son smartphone notamment. Mais elle suscite aussi de « nombreuses inquiétudes », d’autant que les autorités n’ont pas encore fourni de « règles claires » sur son usage, a souligné Jerome Pesenti. « Etant donné l’incertitude actuelle, nous pensons que limiter l’utilisation de la reconnaissance faciale à un nombre de cas limité est approprié ».

Facebook fait actuellement face à des vagues d’accusations liées à la fuite de documents internes orchestrée par une lanceuse d’alerte. L’informaticienne Frances Haugen a assuré, devant le Congrès américain, le Parlement européen ou encore les participants du Web Summit à Lisbonne que le réseau social faisait passer ses profits avant la sécurité des utilisateurs.

Facebook n’est pas le seul à prendre une telle décision. En 2020, IBM avait annoncé qu’il ne commercialiserait plus d’outils de reconnaissance faciale. Microsoft, lui, a arrêté de vendre sa technologie à la police, et Amazon a fait de même avec un moratoire d’un an qui a été prolongé cet été face aux risques de discriminations, particulièrement chez les minorités.

20 Minutes