Après la naissance de la petite Misha, la PMA pour les transgenres ?

Le bébé, une petite fille de 1,845 kg, a vu le jour le vendredi 12 février. “La mère et l’enfant vont bien”, a dit à l’AFP le professeur Jean-Marc Ayoubi, chef de service de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction de l’hôpital Foch, dont l’équipe a permis cette première française.

Et c’est là que ça dérape

Selon une nouvelle étude, les femmes transgenres qui se feraient greffer un utérus gagneraient nettement en qualité de vie.

La recherche, menée auprès de 182 femmes transgenres à l’aide d’un questionnaire en 27 points, est tranchée : 90% des personnes interrogées estiment que la transplantation d’utérus pouvait atténuer leur malaise par rapport à leur sexe biologique.

Désir d’enfant

En allant plus dans le détail : la plupart des femmes transgenres n’avaient pas d’enfants avant leur transition (92%) et ont exprimé le désir d’en avoir à l’avenir (94%). En outre, beaucoup étaient d’accord avec l’idée que la capacité de procréer (94%) et d’avoir des menstruations (88%) amélioreraient la perception de leur féminité. De même, la majorité des répondants estiment que la transplantation d’un vagin fonctionnel améliorerait leur vie sexuelle (90%), leur qualité de vie globale (90%) et les aiderait à se sentir plus femme (92%). Enfin, plus des trois quarts des sondées (77%) ont affirmé qu’elles seraient plus enclines à conserver leur sperme si la transplantation d’utérus devenait une option réaliste.

L’Express

Pourquoi Docteur