Argentan (61) : On trouve son ADN sur les lieux du cambriolage, mais le migrant algérien «ne se souvient pas»

Un homme de 32 ans comparaissait le 15 juin à l’audience correctionnelle du tribunal judiciaire pour des faits de cambriolage dans un pavillon à Argentan

Arrivé en France à l’âge de 27 ans, un ressortissant algérien de 32 ans obtient une carte de résident de 10 ans et travaille comme livreur de repas à domicile, “à son compte“.

Il répond, le 15 juin 2021, de vol aggravé en récidive le 20 février 2020 à Argentan. Ce jour-là, la police technique et scientifique identifie des traces de son ADN sur les lieux d’un cambriolage dans un pavillon. Ont disparu des alliances, des colliers et deux appareils photo, entre autres. L’homme est identifié, et, dans le cadre d’une enquête en cours, son véhicule, équipé d’un GPS par la police, “borne” sur les lieux.

En audition, il certifie qu’il ne sait même pas où est Argentan, et que le jour du vol, il se trouvait à Falaise.

La présidente rappelle qu’il a déjà été condamné 2 fois pour vol, dont une peine ferme de 6 mois le 20 février. Par ailleurs, le 13 mars 2021, il a fait l’objet d’un très rare retrait de son autorisation de résidence. Son avocate plaide la relaxe. Ismail Nahete écope de 4 mois de prison ferme, confondus avec la peine de février.

La Manche Libre