Arras : Le sierraléonais Abdulai Bah représente les Hauts de France au concours du Meilleur jeune boulanger français

Abdulai Bah, migrant originaire de Sierra Leone, est en formation boulangerie au CFA d’Arras et au Fournil Saint-Pierre de Flers-en-Escrebieux. De mardi à jeudi, il représentera les Hauts de France au concours du Meilleur jeune boulanger de France.

La vie n’a pas été simple pour lui, et pourtant, il a toujours le sourire. Abdulai Bah, 19 ans, né en Sierra Leone, a quitté son pays, avec son oncle qu’il a perdu en route. Aujourd’hui, sa famille, c’est son patron, André Paques, et son tuteur, Vincent. Arrivé en France avec le statut de mineur isolé, le jeune homme est désormais majeur et suit un cursus en boulangerie, au CFA d’Arras. La pratique se passe au Fournil Saint-Pierre à Flers-en-Escrebieux. « Quand il a commencé, c’est son éducatrice qui nous l’a présenté et je n’avais que deux conditions : qu’il comprenne et parle rapidement le français. » Abdulai était anglophone et, au début, « Google Traduction a été notre meilleur ami », sourit son patron.

Abdulai Bah, 19 ans, représentera les Hauts de France au concours des Meilleurs jeunes boulangers de France, de mardi à jeudi.

Depuis, l’apprenti a fait d’énormes progrès, tant en boulangerie que dans la maîtrise de la langue de Molière. Pour ce faire, il a choisi d’avoir des horaires de nuit à la boulangerie, et de prendre des cours de français en journée grâce à une bénévole. « On s’entraîne à la conversation car j’ai encore du mal à parler, explique-t-il. À l’écrit, ça va mieux. » « On ne le laisse pas dans l’erreur sur le français, on corrige quand il se trompe car, le but, c’est qu’il trouve du boulot après », précise André Paques.

Abdulai a remporté le premier prix régional.

Premier prix régional

Titulaire du CAP boulangerie, il est actuellement en troisième année de formation pour valider une mention complémentaire. Et le CFA d’Arras, où il suit les cours théoriques, lui a proposé de s’inscrire au concours du Meilleur boulanger de France. « Il a une nonchalance naturelle mais il est rigoureux et aime ce qu’il fait », note André Paques. Son tuteur Vincent renchérit : « Il est intéressé, motivé, et a le goût du travail bien fait. » Il a ainsi réalisé une très belle prestation à l’échelle régionale et s’est qualifié pour figurer parmi les dix-sept finalistes nationaux qui s’affronteront durant trois jours. Organisée par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF) dans le cadre de la Semaine de l’excellence en boulangerie-pâtisserie, cette 41e édition se déroulera à Laval, de mardi à jeudi.

Ces jeunes de moins de 21 ans s’affronteront dans des épreuves écrites et pratiques et le gagnant pourra participer aux championnats d’Europe et du monde. Et si c’était Abdulai Bah ?

La Voix du Nord