« Atteinte à la laïcité » : Polémique autour d’un concert à Lourdes avec des élèves de CM2

Deux syndicats enseignants dénoncent la participation d’élèves de CM2 à un concert situé au sein du sanctuaire marial de Lourdes, rapporte le journal La Croix. Consacré à des oeuvres religieuses, il sera dirigé par le grand chef Riccardo Muti et aura lieu le 11 juillet dans le cadre du festival L’Offrande musicale, dont le directeur musical est le pianiste David Fray.

« c’est un cadeau fait aux enfants de chanter sous la direction d’un des plus grands chefs d’orchestre »

David Fray

Des élèves de CM1 et de CM2, issus du public ou du privé participeront à ce concert, qui se tiendra dans le cadre d’un festival régional – non religieux – dont le directeur musical est le pianiste David Fray. Son objectif est notamment d’accueillir 20% de personnes handicapées dans le public. L’affaire a scandalisé des responsables de la FSU (Fédération syndicale unitaire) et du SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs d’enseignement général de collège). Que reprochent donc les syndicats à ce projet ? D’enfreindre la laïcité républicaine puisque les élèves chanteront dans l’enceinte du sanctuaire. Pire ! Ils chanteront l’Ave verum corpus, une œuvre de Mozart à caractère religieux, composée à la fin du 18ème pour la fête du Corpus Christi. Pire encore, si la date du concert est hors calendrier scolaire, les répétitions ont eu lieu sur le temps scolaire.

Bref, pour le SNUipp et la FSU, il y a crime de lèse-laïcité même si tout est facultatif, basé sur le volontariat pour les élèves croyants ou non, bien sûr, mais également pour les professeurs. Quant à David Fray il est consterné, et rappelle que dans les œuvres de Mozart cohabitent souvent deux aspects : l’un cultuel qui s’adresse aux croyants, l’autre patrimonial qui s’adresse à tout le monde. Il ajoute que « c’est un cadeau fait aux enfants que de leur permettre de chanter une courte pièce de Mozart (3 minutes) sous la direction d’un des plus grands chefs d’orchestre dans un but humaniste ». Tout cela semble avoir échappé totalement aux syndicats enseignants.

RADIO CLASSIQUE