Autoroutes : Le coût des péages pourrait bientôt exploser

Alors que les tarifs de 2022 ont encore augmenté, le prix des autoroutes pourrait exploser en 2023 du fait de la forte inflation de ces derniers mois.

Si vous avez pris la route des vacances cet été, vous avez certainement dû observer la note encore salée du prix des autoroutes. Mauvaise nouvelle, ces tarifs pourraient être encore revus à la hausse en 2023. Un sujet brûlant que le gouvernement surveille de très près pour éviter toute grogne sociale.

Le prix des autoroutes a augmenté d’environ 2 % cette année. Une hausse des tarifs fixée par les sociétés d’autoroutes et validée par l’Etat. Cela a eu pour conséquences d’augmenter d’environ 7 centimes le prix d’un trajet autoroutier en France. Si l’augmentation a pu faire grincer des dents dans un contexte tendu à cause du prix des carburants, elle pourrait être beaucoup plus importante en 2023.

Selon certaines sources, on parlerait d’une augmentation de près de 8 % en moyenne sur l’année 2023. Soit 4 fois plus que celle appliquée en 2022. Cette forte hausse des tarifs s’explique par l’inflation constatée en France. Mais également par les investissements que doivent opérer les sociétés d’autoroutes. Notamment pour remplacer le bitume abîmé et les infrastructures vieillissantes.

Les sociétés d’autoroutes se seraient mises d’accord pour proposer cette augmentation des tarifs, prévue pour le 1er février 2023.

Comment est calculée cette hausse ?

La hausse du prix des autoroutes est calculée en fonction de l’inflation. Plus l’inflation est importante, plus la hausse sera importante. Car tout coûte plus cher, même pour les sociétés d’autoroutes. Cette année, les concessionnaires avaient promis que les augmentations ne seraient pas plus élevées que l’inflation. Cette dernière était de 2,8 % sur l’ensemble de l’année 2021, d’où le montant de 2 % validé par l’Etat.

Mais la situation pourrait être plus problématique l’année prochaine, car l’inflation est de plus en plus élevée. 6,1 % sur un an en juillet dernier selon les chiffres de l’INSEE. Et les sociétés d’autoroutes n’ont cette fois-ci pas l’intention de faire de cadeaux. Car l’entretien du réseau coûte de plus en plus cher du fait de la hausse du prix des matières premières. La Banque de France prévoit une hausse de l’inflation jusqu’à 7 % pour 2023, d’où le chiffre arrêté par les sociétés d’autoroutes de 8 % de hausse sur les tarifs appliqués aux péages. Concrètement, un trajet autoroutier qui vous coûte 40 € en 2022 pourrait vous coûter 43 € en 2023.

Le gouvernement dit surveiller la question de près

Cette augmentation viendrait s’ajouter à celle observée sur le prix des carburants. Un cocktail explosif que le gouvernement veut éviter coût que coûte. Dans une récente interview accordée à nos confrères du JDD, le Ministre des Transports, Clément Beaune, s’est dit opposé à une hausse aussi élevée. « Je dis très clairement que, pour moi, il est inconcevable qu’il y ait une hausse en février prochain, de 7% ou 8% ». Le ministre des Transports explique que « dans les contrats entre l’État et les sociétés d’autoroute, il y a une formule de revalorisation annuelle des péages qui est décidée en février et prend en compte l’inflation ». Une déclaration qui laisse donc entrevoir une possible hausse, mais contrôlée et validée par l’Etat.

De plus, le gouvernement insiste sur le fait que plusieurs acteurs ont fait des efforts financiers pour aider les Français. Sont notamment cités les distributeurs de carburants comme Total, Leclerc, Casino ou Carrefour. L’Etat verrait donc d’un bon œil que les sociétés d’autoroutes fassent également un geste. Une position que confirme Clément Beaune, « le gouvernement a concentré ses efforts sur le carburant, avec la ristourne de 18 centimes qui se prolonge jusqu’à l’automne. Nous allons, avec Bercy, réunir tous les acteurs autour de la table, pour réfléchir à des actions. Il serait utile que les sociétés d’autoroute fassent un geste ».

Un sujet brûlant qui risque d’animer les débats dans les prochains mois.

Autoplus