Avignon (84) : Le rappeur Aboulghazi Ilyas poursuivi pour avoir transporté illégalement des personnes âgées

Temps de lecture : 2 minutes

La police judiciaire d’Avignon a interpellé ce mardi 13 octobre trois hommes originaires du quartier de la Reine Jeanne. Ils sont soupçonnés d’abus de biens sociaux et d’abus de confiance. L’auteur principal présumé, Aboulghazi Ilyas, un rappeur de 34 ans, préside une association d’animations dans les quartiers “Graver dans l’art production”.

Il effectuait des transports de personnes âgées sans habilitation pour des sorties culturelles ou loisirs. Avec ses complices, il allait chercher des résidents d’EHPAD et les emmenait au cinéma ou dans des centres commerciaux. 

Les prestations, d’un montant total de 28.000 euros, étaient facturées pour la mairie d’Avignon au nom de l’association. Ces activités ne faisant pas partie de son champ de mission associatif, le président est inquiété pour abus de biens sociaux et abus de confiance. Il utilisait en plus l’argent pour ses achats personnels en retirant des espèces depuis le compte de l’association. […]

Ce n’est pas par gaieté de cœur que le président de “Graver dans l’art”, association implantée dans le quartier Reine Jeanne à Avignon, cesse toute activité. Aboulghazi Ilyas est à bout. Depuis 2017, il dédie tous ses mercredis après-midis aux enfants de son quartier. Sorties au musée, au cinéma, ateliers d’écriture… Ces derniers ont eu l’occasion de participer à un bon nombre de sorties culturelles grâce à lui. 

Aujourd’hui, la Direction départementale de cohésion sociale (DDCS) de Vaucluse lui réclame des comptes.” L’association “Graver dans l’art” n’est pas en règle sur le plan de la sécurité des mineurs”, indique Christine Maison, la directrice de la DDCS. “Le président doit fournir un certain nombre de documents, sans quoi il n’a pas le droit d’organiser ces sorties.” Dans la liste de ces papiers figurent les diplômes des bénévoles qui encadrent les jeunes. […]

Aboulghazi Ilyas avait pourtant l’impression d’être aux normes. […] Quitte à arrêter les permanences hebdomadaires, Aboulghazi Ilyas a préféré tout laisser tomber. Il est écœuré. La DDCS se dit prête à l’aider dans ses démarches administratives. Celui-ci reproche aux responsables de le menacer de sanctions, de “lui mettre la pression” et “de ne pas employer les bons moyens” pour le soutenir dans son projet. […]

France Bleu & France Bleu