Superman (Bande dessinée) : Bisexualité du héros, abandon du slogan patriotique, un membre de l’équipe démissionne, «J’en ai marre de cette merde!» (MàJ)

Le coloriste Gabe Eltaeb a annoncé qu’il démissionnait de DC Comics en réponse à la nouvelle politique woke de l’entreprise, qui a décidé de rendre Superman bisexuel et de changer la devise du personnage, «Vérité, Justice, et à l’Américaine» (Truth, Justice and the American Way). Gabe Eltaeb a déclaré qu’il en avait «marre de cette merde» et que le changement du slogan historique était «une connerie absurde». Les changements récents avaient déjà provoqué des réactions mêlées parmi les fans de la bande dessinée.

Un coloriste qui participe à la production de la bande dessinée de DC Comics, Superman, a annoncé sa décision de démissionner à l’issue de son contrat. «J’en ai marre de cette merde», a-t-il estimé au cours d’un podcast diffusé en direct le 13 octobre dernier, au sujet de la décision de faire de Superman un personnage bisexuel.

Il a également estimé que la décision de l’entreprise de bazarder l’ancien slogan, «vérité, justice et à l’américaine», qui a été la devise du héros pendant 83 ans, pour la remplacer par «vérité, justice, et un avenir meilleur», était «une connerie absurde».

«J’en ai marre de ruiner ces personnages, ils n’ont pas le droit de faire ça […]. Mon grand-père a failli mourir pendant la Seconde Guerre mondiale, on n’a pas le droit de détruire des trucs comme ça, alors que des gens ont risqué leur vie pour ça. C’est une immense connerie.»

La décision de ne plus faire référence à l’«American way» [le mode de vie “à l’américaine”] s’en prend au cœur même du personnage de Superman, qui est aussi américain qu’on peut l’être, un petit garçon élevé dans une ferme du Kansas et qui porte un costume rouge et bleu rappelant les couleurs du drapeau américain.

DC Comics avait annoncé que l’actuel Superman terrien, Jon Kent, fils de Clark Kent et de Loïs Lane, révèlerait sa bisexualité et se mettrait à sortir avec un militant réfugié hacker et journaliste. Jon était déjà apparu sous les traits de Superboy, mais a depuis terminé ses études et marche dans les pas de son père.

Le changement est prévu pour l’édition de novembre, intitulée Superman : Fils de Kal-El […]. De plus, le prochain film de Superman devrait, d’après la rumeur, mettre en scène pour la première fois un Superman noir….

The Daily Mail


12/10/2021

Dans une bande dessinée qui sortira en novembre, le nouveau Superman, le fils de Clark Kent, va tomber amoureux d’un homme et assumera son «identité» de «bisexuel», annonce la maison d’édition.

Dans une bande dessinée qui sortira en novembre, le nouveau Superman, le fils de Clark Kent, va tomber amoureux d’un homme et assumera son «identité» de «bisexuel», a annoncé lundi 11 octobre l’éditeur DC Comics, filiale de Warner Bros, nouvelle illustration de l’adaptation de la BD américaine à l’évolution des mœurs.

«J’ai toujours dit que chacun avait besoin de héros et avait le droit de se représenter dans ces héros», a expliqué l’auteur de la BD, Tom Taylor, cité dans un communiqué illustré par un dessin de l’artiste John Timms, où le fils de Superman, Jon Kent, embrasse sur la bouche un jeune homme, un journaliste prénommé Jay Nakamura. L’annonce de DC Comics est ainsi titrée: «Jon Kent a trouvé son identité (…) Le nouveau Superman s’affiche comme bisexuel.» Tom Taylor estime que «le symbole de Superman a toujours été l’espoir, la vérité et la justice. Aujourd’hui, ce symbole est quelque chose de plus (et) davantage de gens peuvent se reconnaître dans le super-héros le plus puissant de la bande dessinée».

Dans un numéro de Superman paru en août, Jon Kent, fils de Clark Kent et de la journaliste Lois Lane, se lie d’amitié avec le reporter Jay Nakamura. Dans le numéro à paraître le 9 novembre aux États-Unis, cette relation va se muer en romance amoureuse. Cet été, la rumeur d’un «Superman gay» et d’un «coming out» du super-héros avait agité les publications spécialisées et les sites de fans. Et ce n’est pas la première fois que la BD américaine se veut plus en phase avec la diversité de la société: la série Aquaman avait mis en avant cet été un super-héros noir et gay, tandis dans la dernière édition de la BD Batman, Robin s’affichait lui aussi comme bisexuel.

Pour Ben Saunders, professeur et spécialiste de l’étude des BD et dessins animés, l’époque est «moins corsetée» et c’est «une très bonne chose»«Avec comme conséquence que la culture populaire ait intégré ce que certains savent depuis un moment: les super-héros ont toujours été, potentiellement, un peu «queer», estime le chercheur. Dans cette nouvelle série de Superman intitulée Fils de Kal-El, Jon Kent est un super-héros aux préoccupations différentes de celles de son père: il est très impliqué contre les injustices sociales, le dérèglement climatique ou la crise des réfugiés.

Le Figaro