Barentin (76) : La statue du Chef africain vandalisée et dégradée avec des graffitis racistes

Des inscriptions racistes et fascistes ont été découvertes sur une statue à Barentin (Seine-Maritime), dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 août. La Ville va déposer plainte.

La statue du Chef africain, installée devant un gymnase attenant au centre culturel La Pergola à Barentin (Seine-Maritime), a été vandalisée dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 août 2020. La plaque en céramique a été détruite. On peut également lire des inscriptions racistes et fascistes comme « pas de nègres », « Sieg heil » ou encore « HH » (Heil Hitler) inscrites au pied de l’œuvre.

Une première dans une ville au 120 statues

Des riverains ont découvert cet acte de vandalisme et ont prévenu les autorités. Le maire, Christophe Bouillon, a fait part de son indignation sur les réseaux sociaux :

Il faut être sacrément ravagé par la haine pour s’en prendre à une statue. Je savais que la haine était le carburant du racisme et de l’antisémitisme. Je m’aperçois que la bêtise et la lâcheté en sont les carburateurs. Cette nuit, dans la noirceur qui plait aux lâches, un abruti a vandalisé la statue « le Chef africain » avec des tags racistes et antisémites.

Cette statue est une reproduction en plâtre d’une œuvre d’Henri Legendre, dont l’original est exposé dans la salle Camille-Claudel. Barentin possède « un musée dans la rue », pour reprendre l’expression de l’édile, grâce à l’impulsion d’un ancien maire de l’après-guerre, André Marie.

La commune compte plus de 120 statues exposées en extérieur, dans l’ensemble « assez respectées, avec quelques dégradations minimes constatées », précise Christophe Bouillon. Il insiste : « C’est la première fois que des dégradations à caractère raciste et antisémite sont constatées. »

Actu.fr