Bègles (33) : Un livre raconte l’histoire de Cathy, jeune retraitée accueillant Ahmat Ali Adam, jeune migrant Tchadien, « J’avais un fils blanc, j’en ai un noir maintenant »

La retraitée solitaire héberge le jeune réfugié depuis le premier confinement.

Lors du premier confinement, le Tchadien Adam avait trouvé asile chez Cathy Bordas, veuve depuis quelques semaines. Le début d’une cohabitation bienveillante qui dure toujours, objet d’un récit des protagonistes.

Cathy venait de perdre son Pierrot de mari. Février 2021. Quand le premier confinement démarre en mars, son fils Vincent lui propose d’héberger Ahmat Ali Adam, jeune réfugié tchadien arrivé à Bordeaux six mois plus tôt, bénévole au Secours populaire où il travaille. « Si tu veux, il y a une chambre chez Cathy. Cela veut dire le confinement avec une mamie, mais ce sera toujours mieux qu’au foyer. Et si ça dure longtemps… Moi, je dois m’occuper de mes filles, cela me rassurerait de te savoir près de ma mère. »

« J’avais un fils blanc, j’en ai un noir maintenant »

Adam, 21 ans, est arrivé du Tchad cet automne. Cathy, 64 ans et veuve depuis un mois demi, a trouvé une compagnie salutaire. La coloc’ dure toujours et Cathy avait « un fils Blanc, maintenant j’en ai un Noir ». Chaque fois qu’on les a croisés depuis un an, les mêmes bienveillance et reconnaissance mêlées, entre abri chaleureux et soutien quotidien. L’histoire a ému les proches, les médias, les gens.

Elle est aujourd’hui un livre, « Notre solidarité n’a jamais été confinée » (1). Cathy et Adam y racontent leur parcours avant la rencontre, leur histoire après. Entre et dans les lignes, les valeurs d’entraide de l’association, illustrées de la plus belle des manières par la relation entre ces deux-là qui n’étaient pas faits pour se rencontrer, mais dont l’évidence du lien apparaît encore plus forte. Une famille recomposée au temps du virus et malgré un monde qui fracture.

Préface d’Ariane Ascaride

« On me demande d’écrire une préface pour ce livre, pourtant il n’en a pas besoin, déclare en préambule l’actrice Ariane Ascaride, marraine du Secours populaire. Cette histoire humaine n’a pas besoin d’être présentée, il faut juste lire cette incroyable et magnifique aventure, ma signature n’y apporte rien. Je dirais même que ce sont les acteurs de cette rencontre qui donnent de la dignité à ces quelques lignes ! »

Jalonné de beaux portraits et de confidences touchantes, auxquelles s’ajoutent celles du fils Vincent, l’ouvrage raconte une émouvante histoire et incite à la reproduire, expose une rencontre et suggère que chacun peut, à son échelle solidaire, faire bouger un peu les choses, les mentalités.

C’est l’histoire d’Adam, jeune réfugié tchadien qui trouve en mars 2020 à se confiner chez Cathy qui elle vient de perdre son mari. L’histoire est d‘abord racontée par Vincent Bordas, le fils de Cathy, dans un texte publié sur les réseaux sociaux. Une histoire qui circule, émeut, épate et fait le tour des médias de l’hexagone. C’est alors que Cathy et Adam se mettent à raconter eux-mêmes leur expérience et leurs parcours respectifs. Celui d’une militante ouvrière et politique issue d’une famille où la solidarité compte pour beaucoup. Et le parcours d’Adam, aîné d’une famille monoparentale de 4 enfants à N’Djamena, qui part pour une vie meilleure et commence par pousser la porte du Secours populaire.

Le livre est édité par le Secours populaire et à son profit. Il bénéficiera de la participation de nombreux artistes qui ont bien voulu illustrer cette belle histoire. Les dessinateurs de BD Fabien Toulmé et Nicolas Dumontheuil, l’illustrateur Regis Lejonc, les artistes (avec un e) Camille Lavaud, Lüle et Rouge ont bien voulu mettre leurs talents au service de ce récit.

(1) Le livre est disponible dans les librairies La Machine à lire, Mollat et Krazy Kat (Bordeaux), Georges (Talence), Contretemps (Bègles), L’Oncle Tom (Soulac-sur-Mer), Victor-Hugo (La Teste-de-Buch). 95 p., 9 euros.

Sud Ouest