Belgique : «Il a 31 ans, moi j’en ai 73, mais on s’aime. Il veut se marier avec moi.»

Strombeek-Bever : L’histoire d’Ody Delpire n’est pas banale. En 2018, elle a rencontré Thierry, un Ivoirien qui a 42 ans de moins qu’elle…

…«J’ai rencontré Thierry à la suite d’une demande via Facebook. C’était il y a bientôt 4 ans. Elle émanait d’un homme blanc avec un petit garçon. À cette époque, je venais de remettre mes affaires. J’étais dans un trou. On a commencé à s’écrire, pendant des mois». Ils s’appelaient aussi, tous les soirs. Elle de Strombeek, lui d’Afrique. «Il me disait qu’il faisait la légion étrangère au Mali. Puis, après 6 mois, une amie qui s’y connaît en recherche sur Google m’a dit que Thierry était noir de peau et qu’il habitait en Côte d’Ivoire».

Ody n’était pas très contente de s’être fait « avoir ». «On a eu une explication le soir même et il a sollicité mille fois mon pardon en me demandant s’il avait mis une vraie photo de lui, aurais-je répondu ? C’est vrai que je n’aurais sans doute pas accepté. J’aurais hésité».

Ody, 73 ans, et Thierry, 31 ans

Ody précise qu’elle vit en… couple, avec son deuxième mari qui est à la retraite. Elle décide malgré tout de continuer à communiquer avec Thierry. «En avril 2018, je me suis rendue à Abidjan. Je suis restée trois semaines à l’hôtel et j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec Thierry et son ami, âgé de 25 ans. Il s’appelle Elvis Gabo et ils m’attendaient dès l’aéroport». Depuis, il y a eu cinq autres voyages en Afrique. Le dernier remonte à fin juin. «Je loue un petit appartement, dans un quartier très pauvre. Vous savez, j’ai 73 ans mais je suis encore bien pour mon âge. Je défile toujours», dit celle qui a fait carrière d’abord comme mannequin puis dans la mode.

«Je sais que cela va vous paraître bizarre mais c’est comme ça. Je veux terminer ma vie avec Thierry. On dort ensemble mais il ne s’est rien passé entre nous, on se tient la main. Il veut se marier et vivre en Belgique avec moi. J’ai écrit au Roi et à la Reine, à plusieurs ministres mais cela ne mène à rien. Il leur faut un visa pour venir et c’est très difficile. Le seul qui m’a bien reçue, c’est Georges-Louis Bouchez mais avec le contexte dû au Covid, il ne pouvait pas faire grand-chose. Je suis prête à aller voir la Première dame de Côte d’Ivoire, qui est d’origine française. Là, ma commune m’a donné les documents. Il est indiqué que je dois me porter garante».

On lui fait remarquer que c’est quand même une drôle d’histoire, qu’elle est toujours mariée… «Je sais. Il ne veut pas me lâcher et commence à en avoir marre de mes histoires. On ne sait plus en discuter mais ça fait 40 ans que je fais tout. J’ai décidé d’être moi. C’est ma mission et je veux la mener à bien. Je sais que Thierry s’occupera de moi jusqu’à la fin, puis qu’il aura sans doute une autre vie. Je veux lui en donner la chance car il le mérite, lui et Elvis».

La Meuse