Belhomert (28) : “Je veux le garder à tout prix”, l’apprenti-maçon sierra-léonais menacé d’expulsion peut compter sur le soutien de son patron

Pascal Coûtant, chef d’une entreprise de maçonnerie à Belhomert (Eure-et-Loir), ne peut pas garder un jeune travailleur originaire de Sierra Léone. Une situation injuste selon lui.

La Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Eure-et-Loir a organisé, vendredi 25 novembre 2022, une « Journée Connexion Artisans » sur le territoire du Perche pour rencontrer des entreprises artisanales.

Le recrutement : un problème

À l’issue de ce 5e Artisanat Tour, la délégation a visité l’entreprise de maçonnerie Coutant à Belhomert.

Cette visite a été l’occasion pour les membres de la Chambre de métiers et de l’artisanat en Eure-et-Loir de pouvoir échanger avec le chef d’entreprise sur les questions d’actualités.

Pour l’occasion, Pascal Coûtant qui dirige depuis 2001 l’entreprise familiale de maçonnerie (fondée à Belhomert par son père en 1965) a évoqué une problématique de recrutement et ses attentes.

Son contrat est en stand-by

« Je peine à embaucher du personnel. Et pourtant, j’avais trouvé un jeune courageux du château des vaux qui m’avait merveilleusement surpris pour sa motivation. Mes gars m’ont sollicité pour le garder et j’étais désireux de l’embaucher en raison de la pénurie de main-d’œuvre mais il y a quelques mois, sa demande pour obtenir son renouvellement de titre de séjour n’a pas été acceptée. Et il lui a été notifié de quitter le territoire malgré un parcours d’intégration exemplaire dans l’entreprise où il a dû être soustrait », explique-t-il à Julien Chéron, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat et à ses représentants accompagnés de membres du PETR du Perche, de la Caisse d’épargne de La Loupe et de Laurent Martineau, maire de la commune.

Son contrat est en stand-by.”

Ce jeune en 2e année de CAP maçonnerie est en effet menacé de devoir quitter la France et ne peut plus travailler aux côtés du maçon qui l’a formé.

Une situation absurde pour l’employeur

Ce maçon reconnu de Belhomert demande à Julien Chéron de plaider en haut lieu la cause de ce jeune originaire de Sierra Léone, suivi par l’Aide sociale à l’enfance, accueilli par les Apprentis d’Auteuil puis accompagné dans la SARL Coutant qui emploie 10 salariés.

« Ici, on recherche toujours un maçon courageux et un couvreur qualifié. Et là, on est dans l’impasse parce qu’on souhaite se développer. C’est difficile d’assurer le carnet de commandes sur les 6 mois et refuser des demandes auxquelles on ne peut pas faire face. En cette période de relance économique, c’est frustrant », ajoute Pascal Coutant.

Son fils Valentin avait décroché l’argent à l’échelon national dans la catégorie Maçonnerie aux Olympiades des métiers Worlskills 2022.  

Auparavant la délégation avait rencontré l’ébéniste Thierry Louis à Nogent-le-Rotrou, visité la SARL SPM Société Percheronne de Mécanique, mécanique-usinage à Authon-du-Perche et le garage automobile Dujardin à Senonches.

L’Action L’Echo