Bernard Lugan au banquet des Soudards

Temps de lecture : < 1 minute

Ce sont des soudards. Des surhommes qui ne se sont jamais agenouillés. Qui ne se sont jamais excusés. Qui ne se sont jamais soumis. Ni repentance, ni pénitence. Assumer son destin jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte.

Bernard Lugan fait les présentations, en guise d’introduction à son dernier livre, “Le Banquet des Soudards”, publié aux éditions de la Nouvelle Librairie.

4 Commentaires

  1. Né un 10 mai, comme votre serviteur 😉
    Passionnant ce Lugan, et admirez l’allure de ce Français de 74 ans.

    • j’admire ce monsieur car il a consacré toute sa vie à l’Afrique, surement par idéalisme au début, mais il n’est pas tombé dans le piège de nier la réalité pour donner un sens à sa carrière. il a parfaitement compris où se situent les limites de ce continent. beaucoup de bobos à sa place auraient continué, tête baissée, de soutenir que l’Afrique va se réveiller, que c’est une question de temps et autres conneries du genre.
      la grande différence étant son niveau d’érudition bien entendu.

      • Pour y avoir vécu une année complète, il y a plein de choses intéressantes en Afrique, y compris les Africains eux-mêmes à certains égards. Encore aujourd’hui je repense à cette année assez dingue avec une certaine nostalgie, car ce continent “réveille” de toutes les torpeurs bourgeoises. Ceci dit, ne pas entendre toutes les limites et les crasses qui y sont attachées, c’est de l’idolâtrie et c’est ce dont tu parles à propos des bobos et autres gauchiasses love-crasseux.

        • en fait pour certains bobos, et même pour beaucoup d’entre eux, c’est plus la détestation d’eux-mêmes qui l’emporte sur l’amour du prochain, tout négro qu’il soit.

Les commentaires sont fermés.