Bobigny (93) : Condamnation confirmée en appel pour 19 militants de Génération identitaire qui avaient déployé une banderole sur le toit de la CAF

La cour d’appel de Paris a confirmé, le 27 septembre dernier, la condamnation à trois mois de prison avec sursis de militants de Génération identitaire qui, en mars 2019, avaient escaladé l’immeuble de la CAF de Seine-Saint-Denis pour déployer une banderole : « De l’argent pour les Français, pas pour les étrangers. »

Trois mois de prison avec sursis

En mars 2020, les militants avaient été condamnés par le tribunal correctionnel de Bobigny pour « entrave à la liberté de travail » et « violation de domicile ». Lors de l’audience d’appel à Paris, le 24 mai dernier, les débats avaient surtout porté sur la caractérisation ou non de cette infraction de violation de domicile.

Les 19 militants de Génération identitaire qui avaient escaladé l’immeuble de la CAF à Bobigny, le 29 mars 2019, ont donc vu leur condamnation de trois mois de prison avec sursis confirmée en appel.

« De l’argent pour les Français, pas pour les étrangers ! »

Ce jour-là, vers 7 heures du matin, avant l’arrivée du personnel, les jeunes militants, dix-sept hommes et deux femmes, étaient montés sur le toit de la caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis pour déployer une banderole. Par cette action symbolique, l’association, dissoute par la suite en 2021, réclamait « la suppression de toutes les aides sociales aux étrangers extra-européens ».

Après plusieurs heures passées sur le toit du bâtiment, les militants avaient été délogés par la police. L’accueil du public avait été momentanément suspendu.

Boulevard Voltaire