Gironde : Des familles ont décidé d’héberger de jeunes migrants isolés (Màj : Polémique autour de la photo d’un “mineur” étranger)

27/02/2021

Dans un article du journal Sud-Ouest intitulé « Gironde : ils ont ouvert leur porte à un mineur isolé », Amandine Sanial raconte l’histoire de deux militants de la ville de Bègles qui accueillent, chez eux, des mineurs étrangers.

Titre

À Bègles, Pascale et André, 54 et 53 ans, accueillent des mineurs depuis septembre 2018.

« Ça faisait un moment qu’on voulait aider, mais on ne savait pas comment », se souvient Pascale. Le couple s’est décidé après avoir découvert le concept dans la presse. « Nos enfants ont 19 et 26 ans. Les ados, ça nous parle. » (…) Ils continuent toutefois de recevoir la visite d’Alexandre, hébergé chez eux pendant près de quatre mois avant d’être pris en charge par le Département. Originaire du Mali, Alexandre vient d’avoir 18 ans et est orphelin ».

La publication de cet article (avec la photo de ce « mineur ») a provoqué des milliers de commentaires sur les réseaux sociaux, une très grande majorité remettant en cause la véracité de l’article et questionnent sur l’âge exact de ce migrant malien.

D’autres reprochent également à la journaliste (photo) son article « partial » et sa « naïveté ». Il faut dire que cette journaliste militante est très engagée pour la cause des migrants. En mai 2017, elle appelait même à signer une pétition en faveur de jeunes étrangers vivant illégalement à Paris. Sur son compte Twitter, l’ancienne diplômée de l’école de journalisme de Bordeaux, qui pige pour la très à gauche « Revue Far Ouest », n’hésite pas à partager des publications d’élus de la France insoumise !

France seul pays au monde ou tu peux être mineur et partir à la retraite au même âge.
“Gironde : ils ont ouvert leur porte à un mineur isolé” https://t.co/EhG3i4QAVu

— Blanc White Blancos (@JeanStp43108112) February 25, 2021

Gironde : ils ont ouvert leur porte à un mineur isolé pic.twitter.com/TIolZ12P1D

— Adontio (@Adontio1) February 25, 2021

Infos-Bordeaux

_________________

Militants ou non, ils ont décidé d’héberger de jeunes migrants pour quelques semaines ou quelques mois, afin de leur éviter la rue. En Gironde, des familles racontent leur expérience

« Il y avait un besoin, alors on l’a fait. » Hébergeuse depuis deux ans, Marie-Christine résume en une phrase ce que tous diront avec leurs mots. Retraités, célibataires, parents, en maison ou dans un deux-pièces : ils ont accueilli gratuitement un jeune migrant, dans un élan d’humanisme plus que politique.

Pascale et André continuent à recevoir régulièrement Alexandre

À Bordeaux comme ailleurs, des centaines de jeunes venus en majorité d’Afrique de l’Ouest arrivent chaque année après avoir migré seuls. En attendant d’être reconnus mineurs par un juge et pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, ils n’existent pas pour l’État français. C’est pendant cette période qu’interviennent les familles, épaulées par des associations comme les Hébergeurs solidaires de Bordeaux. […]

Gironde : ils ont ouvert leur porte à un mineur isolé

Guillaume héberge Alpha depuis juin 2019. Son geste, il le voit comme « une main tendue »

Sud Ouest