Bordeaux : l’étonnante stratégie de défense de l’avocate d’un Guinéen condamné pour « extorsion de fonds »

Un jeune Guinéen qui détroussait ses victimes sur un scooter volé a été condamné à deux ans de prison ferme.

« Le projet pour moi, c’était de faire de l’argent sans faire de bruit. » Un Guinéen de 19 ans a été condamné à deux ans de prison ferme dont un avec sursis pour extorsion de fonds par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Interpellé ce samedi 24 avril, Hamidou Doumboya détroussait ses victimes pendant la nuit. Son avocate a plaidé le partage des responsabilités, rappelant que ces dernières bravaient le couvre-feu lors des méfaits.

Un couteau de 10 cm et un scooter volé, c’est un vrai « périple » dans les rues de Bordeaux auquel s’adonnait le Guinéen de 19 ans. Une seule partie civile était présente au procès, d’autres jeunes victimes étant encore sous le choc des agressions subies en pleine nuit. Délestée de tous ses effets personnels après avoir été invitée à monter sur le scooter pour se rendre à son domicile en fin de soirée, la première victime attestait avoir tout donné « pour rester en vie ». Une jeune fille agressée elle aussi, n’était également pas présente. Seule partie civile à avoir eu le courage de témoigner au procès, un Bordelais du même âge que son agresseur, dépouillé lui aussi après avoir été roué de coups et une perte de connaissance.

Christiane Deplouye, la procureure de la République de Bordeaux, prévoyait 40 mois de prison ferme assortis d’un mandat de dépôt et d’une interdiction de territoire français pendant 5 ans. De son côté, la défense du jeune agresseur plaidait pour un partage des responsabilités et rappelait que les faits, commis de nuit, avaient pu avoir lieu parce que les « personnes, souvent des étudiants, reviennent de fêtes alcoolisées ou en violation du couvre-feu ». Et de rejeter la faute sur les victimes : « S’ils avaient respecté le couvre-feu, ils ne se seraient jamais retrouvés ici ». Elle demandait également une « incidence » sur l’indemnisation. Le conducteur du scooter volé, un adolescent roumain, a été présenté au juge des enfants. Le jeune Guinéen, quant à lui, a écopé de trois ans de prison dont un avec sursis, a été déclaré responsable des préjudices et a été incarcéré.

Valeurs actuelles