Bourgueil (37) : un “lieu de convivialité” pour protester contre les fermetures des bars

A Bourgueil, un “lieu de convivialité” ouvre ses portes. Dans un local vacant, et à l’initiative de Guillaume Lapaque, président de l’Union des commerçants de Bourgueil, on peut partager un café, une bière ou lire la presse entre amis. L’idée : contourner les fermetures liées à la crise sanitaire.

Guillaume Lapaque (à droite) a servi trois bières à ses amis, "clients" du jour, venus partager un bon moment de convivialité
Guillaume Lapaque (à droite) a servi trois bières à ses amis, “clients” du jour, venus partager un bon moment de convivialité © Radio France – Adel Beloumri

“Ceci n’est pas un bar” pouvait-on lire sur des affiches à l’entrée, clin d’œil à l’oeuvre La trahison des images de René Magritte. A Bourgueil, le gérant de la « Cave de la Dive bouteille » Guillaume Lapaque, également président de l’Union des commerçants de Bourgueil a ouvert ce mardi, jour de marché dans la commune, un “lieu de convivialité”. Il a eu l’idée une semaine auparavant en se promenant dans ce même marché lors d’un jour ensoleillé, voyant le marasme ambiant croître dans les allées, la faute au contexte sanitaire. Dans ce lieu on peut venir y prendre un café, une bière ou bien encore feuilleter la presse locale et régionale, le tout gratuitement, “ce n’est pas une activité commerciale” explique Guillaume Lapaque. On peut également fumer ou vapoter dans ce lieu, “c’est chez moi, alors on fait ce qu’on veut” explique le caviste. D’ailleurs, son ami et avocat est également présent et fume un cigare tranquillement en sirotant une bière,“Il est là également si les gendarmes viennent (rires) même si nous savons que nous ne sommes pas dans l’illégalité” poursuit le patron des lieux.

"Ceci n'est pas un bar" pouvait-on lire sur des affiches à l'entrée, clin d’œil à l'oeuvre La trahison des images de René Magritte.
“Ceci n’est pas un bar” pouvait-on lire sur des affiches à l’entrée, clin d’œil à l’oeuvre La trahison des images de René Magritte. © Radio France – Adel Beloumri

Je respecte les règles mais je les contourne – Guillaume Lapaque, caviste et président de l’Union des commerçants de Bourgueil

Dans un local commercial vacant qui lui appartient, Guillaume Lapaque a installé quelques tables et des chaises, de quoi recevoir une petite dizaine de personnes. Il a apporté une machine à café et une tireuse à bière avec du sucre, des gobelets, etc., bref tout le nécessaire pour passer un petit moment de chaleur et de convivialité en ces temps difficiles. “Je respecte les règles mais je les contourne” assume-t-il. “Ce n’est pas un bar clandestin, c’est interdit. C’est une propriété privée, mon domicile personnel dans lequel je peux accueillir librement qui je le souhaite”. A travers cette initiative, Guillaume Lapaque entend restaurer de la convivialité au sein de sa commune. Il souhaite surtout interpeller les couples maire-préfet sur la possibilité de rouvrir des établissements pouvant accueillir du public et les incite à prendre “des responsabilités” pour recréer de la convivialité, tout en veillant à ce que les règles sanitaires soient respectées.

L’opération pourrait être renouvelée par Guillaume Lapaque dès samedi prochain, jour de marché à Bourgueil et ponctuellement les mardis et samedis lors des marchés.

France Bleu