Brésil : Bolsonaro déclare qu’il va “éradiquer le communisme” du pays

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré jeudi lors d’un meeting que “si Dieu le veut, nous pourrons bientôt célébrer l’éradication du communisme” du pays.

Nous allons, dans peu de temps, expulser le communisme du pays“, a-t-il déclaré devant des centaines de partisans, lors d’une manifestation organisée dans la ville d’Imperatriz, à l’intérieur de l’État du Maranhao (nord-est), dont le gouverneur, Flávio Dino, est précisément membre du Parti communiste du Brésil (PCdoB).

Nous n’acceptons pas ce genre de régime dictatorial” et “nous représentons la liberté, ceux qui n’ont pas peur de la vérité, et avec qui nous allons construire un nouveau Brésil“, a déclaré le leader de l’ultra-droite brésilienne. […]

Depuis son arrivée au pouvoir le 1er janvier 2019, Bolsonaro s’est engagé dans la “lutte contre le communisme“, malgré le fait que même le PCdoB ne s’identifie plus à cette idéologie et a abandonné les postulats marxistes il y a plusieurs décennies.

Dans cette croisade contre la faucille et le marteau, il est principalement épaulé par le député Eduardo Bolsonaro, l’un de ses trois fils qui travaille en politique et qui a présenté le mois dernier à la Chambre basse un projet de loi qui propose de criminaliser le communisme et toute sorte d'”apologie” de cette idéologie.

L’initiative du parlementaire vise à modifier la loi dite de sécurité nationale dictée en 1983 par une dictature qui a duré 21 ans et s’est terminée en 1985, et que les personnes qui s’identifient comme “communistes” seront punies de 9 à 15 ans de prison. […]

Montevideo