Bretagne : les deux fillettes placées après un accouchement à domicile rendues à leurs parents

Leur placement provisoire avait provoqué une vague d’émoi sur les réseaux sociaux. Lou et Nausicaa, deux petites filles de Vitré retirées par les services sociaux, ont retrouvé leurs parents. La justice assure que la procédure n’était pas liée à leur choix d’accoucher à domicile.

“C’est l’heure des câlins et des retrouvailles, de la lente reconstruction des liens suite à cette brutale séparation”, ont annoncé les parents des deux fillettes placées provisoirement à Vitré (Bretagne) dans un post Instagram publié le 24 juin 2022. Cette décision a été prise après une audience avec le juge des enfants, précise le Télégramme.

Lou, quelques jours à peine, et Nausicaa, deux ans, ont retrouvé leurs deux parents après que les services sociaux les aient emmenées en pouponnière il y a quinze jours. Un placement jugé abusif et dénoncé par Noémie et Raphaël, les parents, sur les réseaux sociaux.

Pas de lien avec l’accouchement à domicile selon la justice

Ceux-ci s’étaient estimé victimes de préjugés et de mauvais jugement après avoir fait le choix d’accoucher à domicile, sans assistance médicale. Après des échanges tendus avec l’officier de la mairie de Vitré, à l’État civil, mais aussi avec la Protection maternelle et infantile, le parquet avait pris la décision de retirer les deux enfants à leurs parents.

Le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, relayé par Ouest France, a assuré que “les motifs de ce placement sont sans lien avec le fait que l’accouchement ait eu lieu à domicile”, mais bien, “sur la base des éléments transmis (certificat médical et analyse du service social” à la visite médicale du bébé.

Selon l’ordonnance de placement du parquet, que Marie Claire avait pu consulter, Lou serait née dans “des conditions précaires”, n’aurait “pas fait l’objet d’un suivi de la PMI”, et n’avait “pris seulement 10 grammes depuis sa naissance”. Pour ce qui est du placement provisoire de Nausicaa, l’aînée, l’ordonnance avance que celle-ci était “en état de dénutrition apparent”, rendant son état de santé “inquiétant”. Des motifs tous contestés ou jugés trop bancals pour justifier un placement provisoire.

Le couple soutenu par des milliers d’internautes

L’affaire avait provoqué l’émoi des internautes, et l’incompréhension de plusieurs militantes féministes, comme la juriste Marie-Hélène Lahaye, qui se bat contre les violences gynécologiques. Celle-ci avait notamment dénoncé une certaine défiance à l’égard des femmes qui faisaient le choix d’un accouchement moins médicalisé, pourtant légal.  

Finalement, les deux petites ont retrouvé leur famille après deux semaines de bataille judiciaire. “Cette après-midi nous sommes allés récupérer Lou et Nausicaa pour les ramener à la maison. Nous avons tant attendu ce jour et il est enfin arrivé. Notre bonheur est indescriptible…”, ont commenté les deux jeunes parents. Une cagnotte solidaire en ligne avait été mise en place pour aider Noémie et Raphaël à couvrir les frais de justice.

Marie Claire