BRICS : les plans chinois de domination planétaire

LE PLUS IMPORTANT EN PREMIER : La Chine dirigera cette année le 14ème Sommet annuel des BRICS. C’est la réunion annuelle entre les cinq plus grandes économies en développement — le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. La Chine est susceptible d’utiliser le sommet de cette année pour causer des dommages permanents à l'”ordre international fondé sur des règles” dirigé par les États-Unis. – M.S.

L’une des tendances mondiales les plus importantes à l’heure actuelle, c’est que l’ordre mondial dirigé par les États-Unis risque davantage de se fracturer.

C’est la menace que le Fonds monétaire international (il y a quelques semaines à peine) a brandie, et c’est l’une des principales choses que je note chaque semaine, non seulement comme un indicateur de l’orientation du dollar, mais aussi de l’Empire américain.

Cette semaine, la Chine a vanté ses liens commerciaux accrus avec le Brésil et d’autres pays lusophones, dont la plupart sont en Afrique.

Les Chinois ont organisée toute une conférence consacrée à l’amélioration des relations avec le monde lusophone (y compris l’Angola, le Cap-Vert, le Mozambique, le Brésil et le Portugal, entre autres).

Le Brésil est de loin le plus important pour la Chine.

La semaine dernière, nous avons appris que la banque centrale brésilienne a non seulement réduit son exposition au dollar américain, mais a aussi quadruplé le montant du yuan chinois qu’elle détient en réserve (maintenant à 4,6 % des réserves de change). [La prochaine élection présidentielle du Brésil aura lieu en octobre. Le président pro-américain Jair Bolsonaro est en retard dans les sondages, pour ce que cela vaut. Si son adversaire, le socialiste Lula da Silva, est élu, le changement devrait s’accélérer.]

C’est le début d’un changement important. C’est une question qui va bientôt attirer beaucoup plus l’attention parce que l’objectif de la Chine avec le Sommet des BRICS cette année est assez clair.

Selon un communiqué de presse, « la présidence des BRICS a de nouveau été trasmise à la Chine… Nous guiderons la réforme du système de gouvernance mondiale… Le temps est venu pour l’Asie d’adopter une gouvernance mondiale. »

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, poursuit ainsi :

« Dans la course à la gouvernance mondiale, nous nous réjouissons de voir les CMDE [marchés émergents et pays en développement] passer de “suiveurs” à “précurseurs” et même “précurseurs”. Ensemble, nous pouvons jouer un rôle plus actif, parler d’une voix plus forte, aider à rendre l’ordre international plus juste et équitable, et promouvoir une mondialisation plus ouverte, inclusive, équilibrée et gagnante pour tous. »

L’objectif de la Chine n’est pas seulement de diriger les BRICS, mais de diriger les marchés émergents et les pays en développement dans l’établissement d’un nouvel ordre mondial.

Cela, bien sûr, signifie renverser l’ordre international “fondé sur des règles” dirigé par les États-Unis, ce qui signifie la fin de l’Empire américain.

Le recrutement des marchés émergents mondiaux par la colonisation économique est un élément important de la stratégie, parce que ce sont ces pays qui utiliseraient le yuan chinois comme monnaie de réserve.

Les Chinois n’ont pas besoin de remplacer le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale, ils n’ont qu’à injecter le yuan dans ces pays plus petits mais en développement, ce qu’ils font dans le cadre du profet des Nouvelles Routes de la Soie. Comme ils le font partout en Afrique et en Amérique latine, les investissements chinois continueront de promettre des rêves d’importance économique régionale et un siège à la table mondiale.

La Chine doit alors présenter une alternative au dollar (le yuan numérique) pour les BRICS, que la Chine veut “accélérer” au statut développé. La Chine n’a pas à remplacer le commerce des BRICS par le dollar, elle doit simplement fournir une alternative.

C’est ainsi que la Chine utilisera les BRICS et les marchés émergents pour saper le dollar.

Ça se passe déjà. Les médias chinois, tous les jours, soulignent à quel point les sanctions américaines contre la Russie perturbent le commerce mondial, l’approvisionnement alimentaire, les marchés financiers, etc.

« Les Etats-Unis sont à blâmer », affirment les commentateurs. « Et avant la famine mondiale, c’était l’effondrement financier mondial, et avant cela, c’était la guerre mondiale contre le terrorisme, l’édification de la nation et la néocolonisation au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Ouest, et avant cela, c’était… »

C’est le nouveau message stratégique de la Chine.

Plus les choses iront mal cette année pour l’alimentation, les engrais, le commerce, l’immigration et l’instabilité financière et politique, plus nous allons entendre ce message stratégique.

Mais là où nous l’entendrons le plus fort, c’est cette année lors du sommet des BRICS sur le territoire chinois.

Jusqu’à la prochaine fois, portez-vous bien et restez devant.

Toujours à l’avant,

Mike Shelby

Forward Observer / Gray Zone Activity

(par email)