Bruxelles encourage la sensibilisation médiatique à la discrimination raciale

Temps de lecture : 3 minutes

Les propos racistes, les actes de violence et le profilage racial sont monnaie courante en Europe, ce qui rend le rôle des médias essentiels dans la lutte contre la discrimination.

À la suite des manifestations Black Lives Matter (BLM) qui se sont répandues à travers le navire européen cette année, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a exhorté les États membres à redoubler d’efforts pour lutter contre la discrimination raciale.

« Le rôle de la presse est essentiel pour nous tenir constamment informés sur ces évènements, et elle ne devrait pas avoir peur d’appeler un chat “un chat”. Pourtant, parfois, les journalistes n’osent pas », a déclaré Isabelle Chopin, directrice du groupe sur les politiques de migration.

Les médias « doivent jouer un rôle en utilisant la terminologie acceptée par le groupe auquel ils se rapportent », a expliqué Rachel Moore, coordinatrice de RainbowHouse Brussels, une organisation regroupant différentes associations LGBT francophones et néerlandophones dans la région de Bruxelles. Pour ce faire, il faut davantage sensibiliser les acteurs concernés à utiliser correctement des termes non discriminatoires.

Les médias constituent surtout une plateforme de la plus haute importance permettant de corriger les acceptions péjoratives et erronées attachées à un mot, a indiqué Mme Moore.

« Les manifestations BLM ont mis en exergue ce que beaucoup d’experts appellent “le silence européen” sur la race et ont déclenché des débats en France et en Allemagne sur le racisme dans l’Europe continentale », a soulevé Lilla Farkas, membre du groupe sur les politiques de migration et coordinatrice du Réseau européen d’experts juridiques dans le domaine de l’égalité des genres et de la non-discrimination.

« Le problème réside dans le fait que lors de discussions publiques, la race, l’appartenance ethnique et l’origine sont souvent employées de façon interchangeable, surtout dans les sphères francophones », a-t-elle renchéri, ajoutant que la langue en elle-même était parfois un obstacle à l’utilisation de la terminologie adéquate.

Après avoir pris plusieurs mesures au fil des années visant à endiguer la discrimination, comme la directive sur l’égalité raciale, l’exécutif européen a présenté en septembre son plan ayant pour but de contrer la discrimination raciale à travers le continent. Celui-ci rassemblera de nouvelles réglementations, des mesures politiques et l’amorce d’un dialogue entre les sociétés civiles.

L’un des points du document présente également des propositions sur la façon de dissoudre les stéréotypes dans le secteur médiatique et les industries culturelles.

« La façon dont les personnes issues d’un groupe racial ou ethnique minoritaire sont présentées dans les médias ou le fait que l’on n’en parle pas peut renforcer les stéréotypes négatifs et leur sous-représentation dans les professions des médias accentue encore cette tendance », indique le document.

« L’existence de médias indépendants et pluralistes est nécessaire pour qu’un débat démocratique équilibré puisse avoir lieu », peut-on lire. En outre, Bruxelles encourage ses États membres à « s’attaquer activement aux stéréotypes raciaux et ethniques par l’intermédiaire des médias, de l’éducation, de la culture et du sport ».

De plus, s’inspirant des séminaires sur les Roms, la Commission élaborera une série de séminaires sur les stéréotypes raciaux et ethniques, qui réuniront des journalistes, des organisations de la société civile et des représentants des personnes issues d’un groupe racial ou ethnique minoritaire.

L’exécutif européen travaille en outre avec la Fédération européenne des journalistes sur une série de séminaires en ligne prévus pour le début de l’année 2021 en vue de favoriser la sensibilisation et de promouvoir une communication équilibrée sur les musulmans et l’islam.

Entre-temps, les secteurs de la culture et de la création peuvent être de puissants vecteurs de promotion de l’égalité, de la diversité et de l’inclusion, révèle la Commission européenne, ajoutant qu’elle prendra des mesures pour atténuer les discours de discrimination raciale répandus par des actions de désinformation, et ce, grâce à des campagnes d’éducation aux médias.

Les efforts déployés par l’observatoire européen des médias numériques pour aider les vérificateurs de faits et les chercheurs se concentreront en particulier sur la lutte contre la désinformation et les complots ciblant les communautés minoritaires, comme l’indique le dossier consulté.

D’autres mesures devraient être incluses dans le prochain plan d’action pour la démocratie européenne et le plan d’action pour les médias et l’audiovisuel.

Euractiv

3 Commentaires

  1. « Le rôle de la presse est essentiel pour nous tenir constamment informés sur ces évènements, et elle ne devrait pas avoir peur d’appeler un chat “un chat”. Pourtant, parfois, les journalistes n’osent pas », a déclaré Isabelle Chopin, directrice du groupe sur les politiques de migration.

    Quel mille-feuille de mensonges et contre-vérités de natures et densités différentes, c’est fascinant.

  2. « Le rôle de la presse est essentiel pour nous tenir constamment informés sur ces évènements, et elle ne devrait pas avoir peur d’appeler un chat “un chat”. Pourtant, parfois, les journalistes n’osent pas », a déclaré Isabelle Chopin, directrice du groupe sur les politiques de migration.

    Quel mille-feuille de mensonges et contre-vérités de natures et densités différentes, c’est fascinant.

Les commentaires sont fermés.