Carolles (50) : Les quatre “petites filles bangladaises de la baie du Mont Saint-Michel” et leurs parents migrants vont être régularisés (Màj)

18/03/2021

Bonne nouvelle pour la famille originaire du Bangladesh à Carolles menacée d’expulsion. Le préfet de la Manche a régularisé leur situation mardi 16 mars 2021.

« Une excellente nouvelle ce soir, venant de M. le Préfet de la Manche… Il nous a informés de la prochaine régularisation de la famille Uddin, autour de laquelle une forte mobilisation s’était créée pour refuser la mise en œuvre d’une obligation de quitter le territoire français qui lui avait été récemment signifiée, s’est félicité le député LREM Bertrand Sorre sur sa page Facebook.

Une pétition qui avait recueilli 20.000 signatures

Merci à tous ceux qui se sont mobilisés, parents d’élèves, enseignants, habitants du territoire, élus, membres de collectifs associatifs ou de la paroisse… une belle mobilisation collective et une écoute très humaine du Préfet permettent à cette famille, et notamment à ses quatre filles, d’entrevoir une vie sereine en France où ils sont arrivés il y a cinq ans maintenant. »

À Carolles et Jullouville, les parents d’élèves, élus ainsi que la paroisse avaient créé un collectif contre l’expulsion des quatre petites filles et de leurs parents venus du Bangladesh où ils avaient été spoliés de tous leurs biens. La pétition lancée par le collectif avait recueilli près de 20 000 signatures. C’est donc une belle victoire pour la famille qui va pouvoir poursuivre sa vie à Carolles.

Ouest-France

__________

13/03/2021

À Carolles et Jullouville (Manche), les parents d’élèves ont créé un collectif contre l’expulsion de quatre petites filles et leurs parents. Leur pétition dépasse les 7.000 signatures, ce samedi 13 mars 2021. Madame et Monsieur Uddin et leur fille aînée Humayra, alors âgée de sept ans, sont arrivés du Bangladesh sur le territoire français en mars 2016, il y a presque cinq ans. Carollais depuis deux ans, leur installation au village est le fruit de l’engagement collectif porté par l’Association Itinérance Sud Manche, l’Association des Parents d’Élèves de l’école Marin Marie de Carolles, les municipalités de Carolles et de Jullouville et par Monsieur David Lerouge, le prêtre de la Paroisse.

Menacés dans leur pays, où leur maison, leur commerce et leurs biens ont été spoliés, et pour permettre à Madame Uddin l’accès à des soins impératifs, que sa santé exigeait et exige toujours, ils tentent depuis leur arrivée de construire pour leurs filles un avenir meilleur, une vie qui permette à leurs enfants de s’épanouir et de se construire en sécurité.

À l’invitation du collectif et de Miloud Mansour, maire de Carolles, de nombreux élus locaux, départementaux, le député Bertrand Sorre et le père David Lerouge sont venus, ce samedi matin, rencontrer et soutenir la famille Uddin (de dos) dans la cour de l’école Marin-Marie de Carolles.

Humayra est aujourd’hui scolarisée à l’école de Jullouville, dans la classe de C.M.2. Par son assiduité, son travail et son courage, elle s’est toujours attirée les compliments de ses professeurs successifs, et a su créer des liens amicaux forts, comme n’importe quelle petite fille de son âge. Son sérieux et la maturité dont elle fait preuve face à la situation sont sans équivoques. Cinq ans de scolarisation et de vie dans un pays, la France, c’est toute une vie pour une petite fille de douze ans.

Ses deux petites sœurs Zenifar et Nazifa sont scolarisées à l’école maternelle de Carolles. Elles sont toutes deux, comme la petite dernière Areesha, nées en France, et grandissent au village, où elles sont heureuses, partagent le même quotidien que nos enfants, car elles sont, comme eux, de petites carollaises. S’épanouissant dans le paysage où elles sont nées, entre terre et mer, entre les falaises et la plage, les chemins de campagne et le bourg.

Monsieur et Madame Uddin font partie de notre communauté villageoise, dans laquelle ils ne demandent qu’à s’inscrire davantage. Leurs filles ont trouvé un équilibre certain, ici, auprès de leurs camarades, et un cadre de vie harmonieux loin des traumatismes subis par leurs parents.

Nous ne pouvons pas, en toute conscience, laisser cette famille être expulsée ; retourner dans un pays où rien ne les attend que la misère et l’isolement, sans penser à l’avenir de ces quatre petites filles qui partagent la langue, les jeux, les rêves de nos enfants, sans penser au devenir de ces petites filles qui sont ici, chez elles.

C’est pourquoi, nous, parents d’élèves, habitants de Carolles et de Jullouville demandons que soient abandonnées l’obligation de quitter le territoire et l’interdiction de retourner sur le territoire auxquelles est soumise la famille Uddin.

Nous, parents d’élèves, habitants de Carolles et de Jullouville demandons leur régularisation.

Aidez-nous en signant cette pétition.

Ouest-France