Cette femme noire a fait augmenter la valeur de sa maison de 80 000 € en retirant les œuvres d’art africaines, les photos de famille et en invitant un ami blanc pendant l’évaluation

Carlette Duffy, une femme noire d’Indianapolis, a réussi à faire évaluer sa maison pour 100 000 $US (80 000 € ou 120 000 $CA) de plus en cachant son identité. Elle a fait venir un homme blanc dans sa maison pendant l’évaluation pour que la société pense que c’est lui qui en est le propriétaire.

« Rien que d’y penser maintenant, j’en ai les larmes aux yeux, car j’étais si excitée et si heureuse, et puis j’étais tellement en colère d’avoir dû subir tout cela juste pour être traitée équitablement », a-t-elle déclaré à Fox 50 News. « Lorsque j’ai contesté l’évaluation, l’évaluateur m’a répondu qu’il ne la changerait pas. »

CBS4 INDY

Duffy voulait profiter du boom immobilier de l’année dernière pour refinancer sa maison et acheter celle de ses grands-parents, située à proximité. Mais après avoir fait évaluer sa maison deux fois, elle n’a pas pu croire qu’elle était évaluée à peu près au même montant que lorsqu’elle l’avait achetée en 2017.

Elle a acheté la maison pour 100 000 $US, et même si elle a été entièrement rénovée après un incendie, ses évaluations sont revenues à 125 000 $US et 110 000 $US, ce qui lui laisse très peu de capitaux propres.

CBS4 INDY

Lorsque Duffy a entendu Amy Nelson, directrice générale du Fair Housing Center of Central Indiana (FHCCI), parler à un groupe communautaire du racisme dans les évaluations immobilières, elle s’est informée sur le sujet et a décidé de vérifier si le racisme était aussi la principale raison de ses faibles évaluations.

Duffy a donc supprimé de sa maison toute preuve qu’elle est noire. Elle a rangé les photos de famille et n’a pas précisé sa race sur les nouveaux formulaires d’évaluation. Elle a même demandé à un ami blanc d’être présent dans sa maison lors du rendez-vous suivant. « J’ai enlevé toutes les photos de famille et les oeuvres d’art ethniques de ma maison », a déclaré Duffy.

Cette nouvelle évaluation a donné le double des deux premières. La valeur de sa maison avait augmenté de plus de 100 000 $US. Duffy a également remarqué que les maisons comparables que les sociétés d’évaluation avaient utilisées pour déterminer la valeur de sa maison avaient changé avec la troisième évaluation. Les deux premières évaluations étaient basées sur des maisons situées dans des quartiers historiquement noirs, à plus d’un kilomètre de distance. La troisième était basée sur des maisons proches, similaires à la sienne.

La femme a utilisé la troisième évaluation pour obtenir un prêt et a acheté la maison de ses grands-parents. Mais elle ne s’arrête pas là pour autant. Duffy a déposé des plaintes auprès du Department of Housing and Urban Development (HUD) avec l’aide de la FHCCI, alléguant de la discrimination. « Je fais cela pour ma fille et pour ma petite-fille, afin qu’elles sachent que l’on peut se lever, que l’on peut dire que ce n’est pas bien lorsqu’on rencontre des obstacles », a déclaré Duffy.

Voici ce que les gens avaient à dire à ce sujet

De nombreuses personnes se sont retrouvées dans des situations similaires. La race et la politique du logement sont depuis longtemps intimement liées aux États-Unis. Les Noirs américains ont toujours plus de mal que leurs homologues blancs à obtenir un prêt immobilier, et le spectre du redlining – une pratique qui refusait les prêts hypothécaires aux personnes de couleur dans certains quartiers – continue de faire baisser la valeur des maisons dans les quartiers noirs.

Même dans les quartiers mixtes et à prédominance blanche, les propriétaires noirs affirment que leurs maisons sont systématiquement évaluées à un prix inférieur à celui de leurs voisins, ce qui les empêche d’accéder aux capitaux propres et perpétue l’inégalité des revenus aux États-Unis.

Les évaluateurs de maisons sont tenus par le Fair Housing Act of 1968 de ne pas discriminer les personnes en fonction de leur race, de leur religion, de leur origine nationale ou de leur sexe. Les évaluateurs peuvent perdre leur licence ou même être condamnés à une peine de prison s’ils le font.

Ipnoze