Châtillon (92) : les pompiers agressés alors qu’ils allaient porter secours à une femme enceinte

Quatre jeunes hommes s’en sont pris à un équipage de la brigade des sapeurs-pompiers dans la cité Vauban. L’un deux sera jugé ce mardi.

PARIS ( 05.05.2015 ) ILLUSTRATION DU LOGO DES SAPEURS POMPIERS PARISIEN. PHOTO LE PARISIEN OLIVIER BOITET

C’est une intervention comme ils en assurent quotidiennement. Mais celle-ci, un petit groupe de quatre jeunes hommes avaient visiblement décidé de l’empêcher. Alors qu’ils se rendaient chez une femme sur le point d’accoucher, dans la nuit de vendredi à samedi à Châtillon, les pompiers ont été violemment pris à partie. Un temps, leur mission a été compromise. « Il fallait que la femme sur le point d’accoucher soit prise en charge à l’hôpital dans le quart d’heure », souffle un proche de l’affaire.

Il était environ 2h30 lorsque cette femme, qui habite la cité Vauban, a composé le 18. Les pompiers ont foncé sur place mais se sont trouvés bloqués par des plots rétractables. L’un d’eux a mis pied à terre pour voir comment faire descendre les plots et libérer le passage. C’est alors que quatre jeunes hommes ont surgi devant le véhicule de secours. Aussitôt, les pompiers ont été apostrophés et copieusement invectivés. Apparemment, le petit groupe d’excités ne tenait pas à voir entrer les pompiers dans la cité. L’un des jeunes a commencé à donner des coups dans le camion rouge. Le pare-chocs est dégradé, la carrosserie aussi.

Poursuivis pour entrave à l’arrivée des secours

Voyant qu’ils ne pouvaient intervenir, les pompiers ont appelé la police, qui a pu arrêter trois suspects dans la foulée de cet accès de violence. Le quatrième court toujours. Deux d’entre eux ont 16 et 17 ans, le troisième est âgé de 19 ans. Lui s’est montré particulièrement violent. Non seulement à l’endroit des pompiers mais aussi à l’égard des trois policiers de l’équipage, injuriés, notamment en raison de leurs origines respectives. Il les a aussi menacés de mort, sans compter la rébellion. Et en garde à vue, même topo.

Que ce soit devant le juge des enfants (pour les mineurs) ou devant le tribunal correctionnel où celui qui est âgé de 19 ans doit être jugé en comparution immédiate ce mardi, les trois jeunes sont poursuivis pour entrave à l’arrivée des secours, infraction punie de sept ans d’emprisonnement. L’un des mineurs l’est aussi pour dégradation de bien. Et le seul majeur de la bande répondra aussi d’outrages et rébellion, menaces de mort et menaces à caractère raciste.

Le Parisien