Chine : « Je suis un monstre noir et mon quotient intellectuel est bas », des vidéos racistes se moquant des Africains sont disponibles à la vente

Une nouvelle enquête de BBC Africa Eye/BBC Eye révèle que des enfants africains sont exploités pour réaliser des vidéos racistes qui sont vendues  sur des sites Web et des médias sociaux chinois. En combinant analyse open source, reportage traditionnel et journalisme d’infiltration, BBC Africa Eye/BBC Eye a retrouvé et confronté un producteur vidéo chinois prolifique qui a utilisé de très jeunes enfants du Malawi rural pour réaliser et vendre des milliers de vidéos.

En février 2020, une vidéo choquante a commencé à circuler sur les réseaux sociaux chinois. Un groupe de jeunes enfants africains est chargé, par une voix hors champ, de chanter des phrases en chinois. Les enfants répètent les mots avec des sourires et de l’enthousiasme – mais ils ne comprennent pas que ce qu’on leur dit de dire est « Je suis un monstre noir et mon QI(quotient intellectuel) est bas ».

La vidéo a déclenché l’indignation en Chine et au-delà. Le vlogger ghanéen Wode Maya a fait une dénonciation cinglante du clip sur sa plateforme, qui est l’une des chaînes YouTube les plus populaires d’Afrique. Mais personne n’a jamais répondu aux questions cruciales : pourquoi cela a-t-il été filmé ? Où a-t-il été tourné ? Qui l’a fait? Et pourquoi personne n’a-t-il été tenu pour responsable ?

La journaliste de BBC Africa Eye/BBC Eye Runako Celina a effectué  un voyage dans une industrie vidéo chinoise qui exploite des enfants vulnérables à travers le continent.

Ayant étudié et travaillé en Chine pendant plusieurs années, Runako avait fait l’expérience directe du racisme omniprésent dirigé contre les Noirs dans le pays.

En Chine, c’est devenu populaire d’envoyer des vidéos de salutation personnalisées via les médias sociaux et les applications de messagerie en utilisant des enfants africains. Ces vidéos coûtent entre 10 $ et 70 $ .

Après avoir analysé des centaines de vidéos similaires et les avoir croisées avec des images satellite de Google Earth, Runako et l’équipe BBC Africa Eye/BBC Eye ont pu localiser exactement où le clip « Low IQ » a été tourné : un village à la périphérie de Lilongwe , la capitale du Malawi.

Là, Runako a été rejoint par le journaliste d’investigation malawien Henry Mhango – et ensemble, ils ont commencé à suivre les empreintes numériques et sur le terrain d’un cinéaste chinois qu’ils soupçonnaient d’avoir réalisé la vidéo  » bas  QI( Quotient Intellectuel ». Ils ont été aidés par un journaliste chinois qui, utilisant des films d’infiltration, a enregistré l’homme exprimant une série d’opinions scandaleusement racistes sur les Malawiens et sur les Noirs en général.

Les journalistes ont rencontré également certaines des familles impliquées dans les activités du cinéaste et ont examiné comment les malentendus culturels, la pauvreté rurale et l’exploitation raciste sous-tendent l’industrie vidéo à laquelle il appartient. La grand-mère d’un enfant présenté dans la vidéo « faible QI » a déclaré à la BBC que le producteur chinois « profitait des pauvres ».

Dans une conclusion tendue de l’enquête, Runako et Henry traquent l’homme et le confrontent à l’exploitation des enfants malawites et aux attitudes racistes qu’il a exprimées.

Alors que leur voyage touche à sa fin, les journalistes sont encouragés par le fait que leur enquête a révélé et perturbé une opération de réalisation de vidéos – mais dans les villages du continent, les enfants africains sont toujours exploités à des fins lucratives.

Intellivoire