Chine : Le taux de fécondité continue de baisser avec une chute des naissances de 15% en 2020

L’anxiété monte d’un cran dans l’empire du Milieu après la publication de statistiques démographiques. Même si une baisse de la natalité était attendue, la forte chute observée a dépassé les estimations. Et la disproportion entre le nombre de filles et de garçons pousse certains Chinois à se dédouaner avec humour.

Le nombre de nouveau-nés enregistrés a diminué de près de 15 %” : les dernières statistiques, publiées le 8 février par le ministère de la Sécurité publique, ont une fois de plus lancé l’alerte au sujet de l’incontrôlable chute démographique en Chine.

En 2020, un peu plus de 10 millions de nouveau-nés ont été enregistrés, ce qui, par rapport aux chiffres de 2019 qui s’établissaient à 11,79 millions, représente une chute vertigineuse de 14,89 %. “Cela montre une baisse constante du taux de natalité en Chine”, relate le site du journal économique 21, en réaffirmant que cette tendance à la diminution depuis 2017 est advenue juste un an après l’autorisation de la naissance de deux enfants par couple dans le pays.

Les dangers à venir

La structure familiale est fragilisée à l’ère de cette faible fécondité”, elle “est moins résistante aux risques, le bonheur familial est mis au défi par des risques incertains”. Le risque pèsera logiquement sur l’économie chinoise à l’avenir, selon le journal, “une faible fécondité qui se prolonge se traduira également par une réduction de la population en âge de travailler dans quinze ans”. L’insuffisance de la main-d’œuvre, le manque de réserves militaires, la pénurie de personnel soignant “provoqueront des inquiétudes concernant le ralentissement économique, la défense nationale et la sécurité des retraites”.

Depuis quelques années, la ‘guerre pour recruter des talents’ dans les grandes villes a inauguré l’ère d’une grande compétition démographique. Les nouvelles données sur la démographie “ont plongé d’innombrables Chinois dans l’angoisse“, constate le blogueur Lu Kewen.

Ce qui a provoqué une énorme anxiété, c’est que la baisse de 2020 a été si forte qu’elle a dépassé toutes les estimations, écrit-il sur son compte du réseau social chinois WeChat. La diminution du nombre de naissances était d’environ 1 million par an, ces dernières années, mais celle de 2020 a été de plus de 4 millions.

Ce n’est pas ma faute si je n’arrive pas à trouver ma moitié

Sur WeChat, le blogueur Tang Dimu se penche sur le déséquilibre entre hommes et femmes dans la population. Le titre de son article – “Les statistiques le prouvent, ce n’est pas ma faute si je n’arrive pas à trouver ma moitié” – prend un ton humoristique. “Vous êtres plus ou moins chanceux si vous êtes nés entre les années 1950 et 1980”, ajoute Tang. Sur les tableaux accompagnant son article, le fossé entre les deux sexes se creuse à partir de la génération de 1990.

En 2020, “le nombre de filles est nettement inférieur au nombre de garçons”, avec 4,7 millions de filles face à 5,3 millions de garçons nés cette année-là. Le temps où Pékin chantait les mérites de son planning familial est enterré. À l’époque, l’empire du Milieu se félicitait d’une baisse de 400 millions de naissances obtenue grâce à quatre décennies d’un système de l’enfant unique imposé d’une main de fer.

21 Shiji Jingji Baodao