Christine and the Queens devient Redcar : “Je me genre au masculin”

Vivement critiqué sur les réseaux sociaux, l’interprète a mis les choses au clair dans une vidéo. 

Il y a quelques jours sur son compte TikTok, Christine and the Queens a répondu à ses détracteurs. L’occasion pour l’artiste de se confier sur son nouveau nom : celui de Redcar, qui illustre son passage au genre masculin. Une mise au point motivée par les nombreuses attaques essuyées après la publication de photos sur lesquelles il fume des joints.

«Temps mort ! Mise au point. J’en ai assez que ma page soit devenue réceptacle d’un trolling aussi réducteur, problématique, sexiste et particulièrement déchaîné. Tout ça parce que j’ai eu l’honnêteté de poster deux trois photos où j’indiquais ma consommation de weed», explique l’interprète de 34 ans. «J’en ai assez de ce malentendu entretenu par mon silence, silence qui était censé protéger mon art, parce que j’ai fait beaucoup de musique pendant que vous étiez occupé à me traiter de camé (…). Quand j’ai vu le côté systématique du trolling, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose et j’aime pas ça.»

La star aux deux Victoires de la musique poursuit alors en expliquant qu’elle n’est ni «psychotique», ni «camée», qu’elle ne consomme que des joints et non d’autres drogues dures comme d’autres nombreux artistes peuvent le faire.

Redcar poursuit alors sur un changement important initié il y a quelques mois maintenant : «Je me genre au masculin, depuis un an maintenant, un peu plus officiellement dans ma famille et dans mon intimité ces derniers mois. C’est un processus assez long et tout ça je le mentionne ici parce que, limite, quitte à me troller, trolle-moi avec les vraies attaques.» L”artiste ajoute : «Ne présupposez pas que vous connaissez quelqu’un parce que vous voyez des TikTok. Redcar, comme toutes mes constructions poétiques et philosophiques, est une construction poétique et philosophique qui m’aide à devenir. Je ne suis pas dans le marketing, je ne suis pas dans une image lisse, je ne suis pas dans le mensonge, je suis un artiste. Vous pensez que ça peut le faire ?» […]

Paris Match