Chronique de 72 heures de violence ordinaire en France: le document choc

Temps de lecture : < 1 minute

Le Figaro s’est procuré un édifiant état des lieux dressé par les services de police et de gendarmerie. Clinique, il détaille la chronique de trois jours de haine au cœur de l’été.

Théâtre d’un déferlement de violence quotidienne, la France semble au bord de l’implosion. Les indicibles bouffées qui s’emparent du pays s’enchaînent à un rythme devenu vertigineux. Témoins ou victimes de scènes insupportables empoisonnant leur quotidien et allant parfois jusqu’à la barbarie, nos concitoyens, livrés à eux-mêmes, sont au bord de l’asphyxie. Loin de vouloir euphémiser une situation qui vire au tragique, comme l’ont jadis fait certains de ses prédécesseurs à la Place Beauvau, Gérald Darmanin dégaine un discours cash et sans fard.

N’hésitant pas à nommer les choses au risque de provoquer la polémique, le nouveau ministre de l’Intérieur, dans un entretien au Figaro, s’est inquiété dès le 24 juillet dernier de «l’ensauvagement d’une partie de la société». Levée de boucliers et bronca dans la classe politique. Devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, le nouveau locataire de Beauvau a enfoncé le clou cinq jours plus tard: «La France est malade de son insécurité. […]

Le Figaro