Cinéma : “Brillantes”, un film social français qui met en avant les populations “invisibilisées”

Employée dans une société de nettoyage industriel, Karin joint difficilement les deux bouts, élevant seule son fils de 17 ans et ne rechignant pas à la tâche. A la suite d’un accident en scooter, sa supérieure découvre son secret : la jeune femme ne sait ni lire ni écrire, mais se débrouille pour le cacher à tout le monde.

Karine, femme de ménage, partage sa vie entre son travail de nuit avec ses collègues et Ziggy, son fils de 17 ans. Lorsque l’entreprise qui l’emploie est rachetée tout bascule pour Karine. La pression sociale va la pousser dans ses retranchements et la mettre face à un dilemme : dévoiler un lourd secret ou mentir pour se protéger.

Cette chronique a le mérite de traiter du problème de l’analphabétisme sans misérabilisme ni pathos, montrant le courage au quotidien de son héroïne, mais elle ne suscite pas non plus une grande empathie malgré la fragilité touchante de Céline Sallette et la tendresse de Thomas Giora, les personnages secondaires de femmes de ménage se révélant un peu caricaturaux.