Cinq-Mars-la-Pile (37) : Le jeune Guinéen Nouha Sidibé apprend le français en même temps que la logistique, « une belle histoire humaine et professionnelle »

Depuis septembre 2019, Thomas Bourdin forme un apprenti, Nouha Sidibé, en bac pro Logistique en alternance. À son arrivée, en 2018, dans l’Hexagone, le Guinéen parlait peu français. « Avoir une personne sous ma responsabilité, c’est nouveau pour moi. Je lui transmets le métier, mais aussi le français. C’est une belle histoire humaine et professionnelle », qui pourrait se poursuivre avec une embauche en CDI en 2022.

Les implants intra-oculaires sont son produit phare, mais 1NDIS vend aussi des produits d’hygiène (masques, gel…), des packs chirurgicaux… « Il a fallu tout lancer : l’étiquetage des produits, l’alimentation de la base de données, le choix des transporteurs… », liste Thomas Bourdin. Son poste de gestionnaire de commandes lui permet d’acquérir les compétences d’un responsable logistique : « J’apprends sur le tas, grâce aux conseils des dirigeants, Depuis septembre 2019, Thomas Bourdin forme un apprenti, Nouha Sidibé, en bac pro Logistique en alternance. À son arrivée, en 2018, dans l’Hexagone, le Guinéen parlait peu français. « Avoir une personne sous ma responsabilité, c’est nouveau pour moi. Je lui transmets le métier, mais aussi le français. C’est une belle histoire humaine et professionnelle », qui pourrait se poursuivre avec une embauche en CDI en 2022.. Ils me font confiance, alors je n’ai pas envie de les décevoir. »

Thomas Bourdin a vu juste. À la fin de ses années collège, il choisit la logistique, qu’il voyait comme « un domaine d’avenir, avec de belles possibilités d’évolution ». Six ans après l’obtention de son bac pro Logistique, il signait déjà, en 2018, son deuxième CDI. Et relevait un défi : participer à la création de la plateforme 1NDIS, basée à Cinq-Mars-la-Pile, et spécialisée dans le négoce, le stockage et la distribution de produits médicaux.

La préparation des commandes et le suivi des livraisons occupent la majorité de son temps, mais l’employé se charge également de la mise en concurrence des transporteurs, la gestion des stocks et du calcul des ratios logistiques (analyses statistiques du coûts des colis, des litiges lors du transport, des expéditions par type de clients…). « C’est un métier où il faut être agile, toujours anticiper pour trouver des solutions en cas de colis non livré », poursuit-il.

Le jeune homme de 27 ans apprécie particulièrement le domaine médical : « Je ne manipule pas des objets lambda. Les implants sont des produits onéreux. Il faut gérer le stock au plus juste : ne pas trop stocker tout en évitant la rupture. Derrière chaque produit, il y a une clinique et un patient. Cela demande d’autant plus de rigueur et de discipline. »

La Nouvelle République