Colmar (68) : L’humoriste sélestadien Hakim Jemili de retour à la maison, pour “dénoncer le racisme qu’il a vécu étant jeune en Alsace”

Le 28 juillet, l’humoriste Hakim Jemili, originaire de Sélestat, était de retour en Alsace pour le festival de la Foire aux vins de Colmar. L’occasion pour lui de revenir sur son parcours au milieu des allées du parc des expositions qu’il a fréquentées quand il était plus jeune. Après les sketchs de Dako, qui jouait pour la première partie de Gad Elmaleh ce jeudi 28 juillet au festival de la Foire aux vins de Colmar, le public de la Coquille a retrouvé un local de l’étape. Le Sélestadien Hakim Jemili est revenu à la FAV, lui qui y venait en tant que spectateur avant de connaître le succès.

Pour la première fois, Hakim Jemili déambule dans le parc des expositions comme artiste et non plus comme spectateur.

Il passe de l’autre côté. Il y a une dizaine d’années, Hakim Jemili passait la plupart de ses étés à la Foire aux vins : “J’étais venu voir Benny B et Sean Paul à l’époque, c’était le feu! Et sinon je trainais beaucoup dans les halls avec des potes. Donc je suis familier de cet endroit”, se souvient-il.

Pour l’édition 2022, le voici invité par Gad Elmaleh pour se produire sur la scène du théâtre de la Coquille : “C’est vraiment à dix minutes de chez moi, donc c’est extraordinaire d’être ici et de voir tous ces gens. C’est quelque chose d’émouvant”, reconnait l’humoriste en saluant quelques fans qui font la queue. Car comme il le dit lui-même, “il y a du chemin de parcouru. J’ai grandi à Sélestat avec l’ambition d’être acteur, mais je n’aurais jamais pensé que ça serait possible.”

A 33 ans, Hakim Jemili fait partie de cette génération d’humoristes qui a débuté sur internet et au mythique Comedy Club parisien du Paname Art Café, où se produisent tous les soirs les futurs grands du stand-up. Le Bas-Rhinois y joue dès 2014. Là, il rencontre plusieurs humoristes et youtubeurs comme Mister V, Hugo Tout Seul ou Jérémie Dethelot. Avec d’autres vidéastes, ils forment le Woop.

Ce collectif se fait rapidement une place sur YouTube, et les vidéos cumulent des millions de vues, en particulier la série “La Notice”. La parodie de téléréalité “Punta Kaïra” connait également un gros succès. Sur le tournage, Hakim Jemili fait parler ses talents de footballeur dans un “Vine”, un réseau social disparu depuis, dans lequel les vidéos ne durent que six secondes.

Fort du succès sur YouTube, la bande du Woop concocte un spectacle sur scène, d’abord à Paris puis en tournée partout en France. Ce qui permet à Hakim Jemili de retrouver les planches, là où tout avait commencé, au “Paname”. Sur la chaîne du Woop, il se distingue par ses micros-trottoirs “En TT“, dans lesquels il n’hésite pas à rire de celles et ceux qu’il interview.

Sur Canal +, il participe avec sa femme Fadily Camara à l’émission “HF”, diffusée dans le programme “Clique”. Régulièrement invité dans l’émission de Mouloud Achour pour une chronique humoristique, Hakim Jemili se produit au festival de Montreux, en Suisse. Son sketch sur le mariage dépasse les trois millions de vue sur YouTube :

L’Alsacien est également très actif sur Instagram, où il publie régulièrement des vidéos où il réagit à l’actualité en les commençant par “Salut la France, super, sublime excellent”. Après le premier tour de l’élection présidentielle, il s’inquiète de la montée de l’extrême-droite dans le pays et le fait savoir dans un message.

En 2019, il apparaît sur grand écran aux côtés de Michel Blanc dans la comédie Docteur ?, ce qui lui vaudra d’être présélectionné pour le César du meilleur espoir masculin. Hakim Jemili fait également forte impression dans la série “Validé” de Franck Gastambide, dans laquelle on le découvre dans un rôle plus sombre.

Rire de l’enfance à Sélestat pour dénoncer

Dans ses sketchs, Hakim Jemili n’hésite pas à rappeler d’où il vient, et en profite pour faire passer quelques messages au sujet de Sélestat et de sa jeunesse compliquées dans la cité de la Filature : “Si un jour vous avez l’occasion d’aller là-bas, loupez cette occasion. J’ai grandi dans une cité à la campagne ! Chez moi les racailles, elles pêchaient”, lâche-t-il dans un ce ces sketchs.

“J’ai l’habitude de rire de Sélestat depuis petit avec mes potes, explique-t-il. C’est de l’humour! J’ai un amour profond pour la ville. Mes parents n’ont jamais voulu déménager ailleurs. Je suis très attaché à Sélestat.”

On faisait très peu de choses pour nous dans les quartiers populaires.Hakim Jemili au sujet de sa jeunesse à Sélestat

Ce qui ne l’empêche pas de faire passer des messages dans ces sketchs : “C’est pas qu’on a été mis de côté, mais c’est vrai qu’on faisait très peu de choses pour nous dans les quartiers populaires. Et il faut le dire, on se faisait chier quand on était jeunes ! Le premier city-stade, il a été construit quand j’avais 19 ans!”

Mon humour consiste à faire rire en faisant un peu grincer des dents. Il faut dire quelques vérités aussi.Hakim Jemili

Il souhaite que la jeunesse soit entendue et que ses sketchs peuvent avoir un impact sur les actions de la municipalité et des associations : “Si on vit dans des endroits complétement fermés, où on nous empêche de nous exprimer, comment tu veux un jour, toi, sortir quelque chose de tes tripes et être créatif ? Donc il faut quitter la ville, et ce n’est pas normal qu’il y a que moi qui fasse ça à Sélestat. Des humoristes, il y en a partout en France.”

L’humoriste l’assume : “Mon humour, il n’est pas là pour faire plaisir aux gens. Il consiste à faire rire en faisant un peu grincer des dents. Il faut dire quelques vérités aussi.” C’est ainsi qu’il n’a pas hésité à parler du racisme qu’il a vécu en Alsace étant jeune au public de la Coquille. Sous l’humour toujours, mais avec un message fort derrière.

France3